Voyages

Le projet fou du lycée Saint-Jean XXIII de Reims qui veut gravir le … – France Bleu


Jamais un lycée français n’aura été aussi haut pour porter le handicap” : le directeur du lycée Saint-Jean XXIII à Reims, Marc Besancenez, annonce la couleur. Ce proviseur a décidé qu’il gravirait le Kilimandjaro, l’un des plus hauts sommets du monde à 5.895 mètres, avec Lise, une élève de 16 ans, amputée d’une jambe. Un projet dingue qui s’organise.

Au tout début de l’année scolaire, Lise marche dans un couloir de son lycée. Elle sort de la piscine. Ses yeux sont encore rouges. À l’autre bout du couloir, le proviseur. Lui voit une élève avec les yeux rougis : “J’ai cru qu’elle pleurait.” Sauf que pas du tout. “L’eau était juste très chlorée“, s’amuse encore la lycéenne. La journée continue. Dans le cerveau de Marc Besancenez, une ampoule vient de s’allumer. Lise raconte : “Il m’a demandé de venir dans son bureau. Il m’a expliqué qu’il était assez admiratif que je ne sois jamais dispensée de sport malgré mon handicap. Et là, il me sort : “J’ai une idée, c’est de te faire monter le Kilimandjaro.””

Le proviseur détaille cette folie : “Ce qui m’a animé, c’est la joie de vivre de Lise alors qu’elle porte un handicap. Mais ça ne se voit ni dans sa façon de vivre, ni dans sa façon d’être. Ça peut devenir un exemple pour des jeunes en souffrance et Lise peut leur montrer que tout est possible.” Mais avant cela, il faut d’abord convaincre la maman de Lise : “Je suis rentrée, je lui ai expliqué, elle a dit “non” tout de suite” rigole l’adolescente. Après discussion, la maman a accepté.

Illustration Kilimandjaro
Illustration Kilimandjaro © Maxppp

A l’âge de six mois, Lise a été touchée par un purpura fulminans, une forme de méningite foudroyante : “La peau se nécrosait, il fallait amputer… Sinon j’aurai pu mourir.

Un projet collectif

Lise ne sera pas toute seule pour monter en haut du toit de l’Afrique. En tout, ils seront douze : elle, le proviseur, une professeure de physique, une assistante d’éducation, un urgentiste, la tante de Lise et six autres élèves. Pour l’instant, dix camarades font partie du projet : “Mais à la fin, il y en aura quatre qui ne pourront pas partir” explique Marc Besancenez. Parmi ces dix élèves, il n’y a pas que les meilleurs amis de Lise : “Il y aussi des élèves à qui on trouve un certain mérite, d’autres à qui on veut donner une seconde chance…” Le nom du projet : “On a tous une montagne à gravir”.

Barbara, 16 ans, est dans les dix : “C’est fou, c’est un projet hors norme.” Même chose pour Alix, 15 ans : “On se connaît avec Lise. Mais on n’est pas hyper proche non plus. Elle m’a quand même proposé, ça veut dire qu’elle me pense capable d’y arriver et de l’aider… C’est dingue !

Marc Besancenez, le directeur du lycée Saint Jean XXIII et Lise
Marc Besancenez, le directeur du lycée Saint Jean XXIII et Lise © Radio France
Etienne Cholez

Cette expédition sera menée avec Arnaud Chasserry, explorateur et nageur de l’extrême. Des personnalités ont aussi apporté leur soutien à l’aventure : l’astronaute Thomas Pesquet et l’athlète Philippe Croizon. Le proviseur de Jean XXIII a espoir que les deux hommes débarquent à Reims avant le grand départ le 10 juillet 2024.

Organisation et ascension

Le 10 juillet 2024 : le jour où cette troupe montera dans un avion direction la Tanzanie. Là-bas, elle commencera son périple en allant distribuer 500 kilos de fournitures scolaires à des écoles et des dispensaires : “C’est aussi une manière de montrer aux élèves qu’on est bien en France pour apprendre” rappelle Marc Besancenez. Ensuite, une journée de transite. Puis, le 12 juillet, l’ascension pourra commencer. Pendant cinq jours, cette équipe usera ses souliers. 8h de marche tous les jours. Sauf le dernier jour où il faudra marcher pendant 14h. Lise se projette à flanc de montagne : “Entre le dernier camp et le sommet, il n’y a rien. Donc on devra monter puis descendre d’une traite. Là, j’ai une petite pression. C’est énorme pour moi qui n’ai qu’une jambe.

La solution s’appelle : une joëlette. Pour rester poli, il faudrait écrire : un type de fauteuil roulant handisport. Pour citer Lise : “C’est une brouette.” La joëlette n’a qu’une seule roue, deux personnes poussent à l’arrière, deux personnes tirent devant. Mais la lycéenne ne se voit pas assise : “J’ai envie de le faire à fond. Je vais tout mettre en œuvre pour ne pas m’en servir. Même si je dois avoir mal, tant pis.

Pour les aider, des porteurs seront présents. Le paquetage est conséquent pour Lise et ses camarades : “En bas, il fait environ 25 degrés. En haut, il fera moins vingt degrés.” Des caméramans seront aussi avec eux pour filmer et monter un documentaire de cette ascension.

Cette aventure demande de tout penser en amont. Par exemple, la prothèse de jambe de Lise est robotisée : “On doit trouver des solutions pour qu’elle ait toujours de la batterie“, expose Marc Besancenez. Une partie de l’entraînement se fera sur la montagne de Reims : “Oui, expliqué comme ça, c’est ridicule. Mais les dénivelés entre le Kilimandjaro et notre montagne à nous sont sensiblement identiques. Le gros changement, c’est l’altitude.” S’il y a dix élèves et que seulement six partiront, c’est que certains n’auront peut-être pas les capacités d’aller au bout : “On va devoir faire des tests à l’effort en haute montagne, développe le proviseur. Chacun d’entre nous ira faire un test d’hypoxie à Paris. Si quelqu’un n’y arrive pas, il ne partira pas. Mais il restera dans cette aventure humaine d’une autre manière.

Le voyage coûte entre 60.000 et 70.000 euros. Aucune participation financière n’est demandée aux parents des élèves concernés. Ils peuvent tout de même faire un don s’ils souhaitent participer. Pour financer le projet Kilimandjaro, Marc Besancenez a lancé un appel au mécénat : “Des maisons de champagne ont déjà répondu.

Photo aérienne du Kilimandjaro en Tanzanie
Photo aérienne du Kilimandjaro en Tanzanie © Maxppp
Gerard DROLC

Pour aller encore plus loin et associer le plus de monde possible, le lycée Saint-Jean XXIII organisera une marche solidaire le 19 novembre 2023. Lise sera présente. Une grande partie du lycée aussi. Tout le monde est bienvenue à cette marche qui se déroulera sur la montagne de Reims.



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button