International

Le groupe pétrolier Chevron se lance aussi dans une acquisition … – Le Monde


Les grandes manœuvres se poursuivent du côté des majors américaines du pétrole. Au tour de Chevron. Le deuxième principal acteur des Etats-Unis s’apprête à acquérir un compatriote, le producteur Hess. Selon un communiqué du lundi 23 octobre, le rachat s’élèvera à 53 milliards de dollars (environ 49,6 milliards d’euros) – l’opération la plus lourde de son histoire. Un montant considérable, parmi les plus importants de ces trois dernières décennies dans l’industrie pétrogazière.

Presque autant que celui annoncé, le 11 octobre, par ExxonMobil : le numéro un américain a prévu de débourser 59,5 milliards de dollars pour prendre possession d’une société, Pioneer Natural Resources, spécialisée dans le pétrole et le gaz de schiste – son investissement le plus significatif depuis la fin des années 1990.

Les deux transactions à venir sont prévues pour le premier semestre 2024, avec un financement sous forme d’actions. A rebours de la lutte contre le réchauffement climatique, elles répondent en apparence à la même logique : continuer à tirer profit autant que possible des hydrocarbures (pétrole et gaz), la demande mondiale étant encore en croissance. Les tensions d’approvisionnement liées à la guerre en Ukraine ont déjà engendré des résultats nets sans précédent. Soit 35,5 milliards de dollars pour Chevron et 55,7 milliards pour ExxonMobil en 2022, plus du double par rapport à 2021.

« Remplir les pipelines »

Si les deux groupes veulent élargir leur périmètre par de nouvelles acquisitions, « le fil conducteur de ces transactions est que les majors cherchent à remplir leurs pipelines pour maintenir la production malgré une base d’actifs en déclin », souligne Andrew Dittmar, analyste pour le cabinet américain Enverus. Autrement dit, pour compenser la déplétion de gisements plus anciens, les compagnies se tiennent prêtes à extraire davantage ailleurs. Chevron entend miser sur les réserves de pétrole détenues en partie par Hess dans les eaux profondes du Guyana, petit pays sud-américain de quelque 800 000 habitants, frontalier du Brésil et du Venezuela. Des réserves exploitées depuis fin 2019, en partenariat avec ExxonMobil et le chinois CNOOC, quatre ans après leur découverte.

La tendance aux fusions ou aux acquisitions d’entreprises, principalement aux Etats-Unis, va au-delà des majors. Toutes celles annoncées en 2023 dans le secteur pétrolier et gazier ont déjà atteint 254 milliards de dollars à ce jour, selon le London Stock Exchange Group (LSEG), opérateur de la Bourse de Londres. Soit « le total le plus élevé depuis 2014 » par rapport à la même période de l’année, précise Lucille Jones, analyste au LSEG. « Les majors européennes sont jusqu’à présent restées à l’écart », relève Fernando Valle, son homologue chez Bloomberg – ce qui ne les empêche pas, tant s’en faut, de produire encore.

Il vous reste 33.27% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button