Politique

Vers un nouveau continuum démocratique – Libération


«Libération» organise une journée de débats et de rencontres pour parler décentralisation, expérimentations et innovations locales, le 26 octobre, au Conseil économique, social et environnemental à Paris.

Dans une conférence prononcée en 1939, le philosophe américain John Dewey définissait la démocratie comme «inséparable de la foi en l’expérience et en l’éducation», autrement dit reposant sur «la croyance en la capacité de l’expérience humaine de générer les buts et méthodes qui permettront à l’expérience ultérieure d’être riche et ordonnée».

La démocratie est effectivement le gouvernement des hommes par les hommes. C’est dire que la démocratie est un laboratoire à ciel ouvert, un projet à organiser et améliorer en permanence. Ainsi, une fois la forme démocratique adoptée, toute son organisation et sa vitalité restent à écrire. A quelle fréquence organiser des élections ? Combien prévoir d’assemblées élues ? Pour quelle durée de mandat et avec quelles prérogatives ? Comment faire respecter l’équilibre des pouvoirs ? L’histoire constitutionnelle des grandes démocraties fourmille d’amendements, de révisions, de singularités mais aussi d’accidents. Notre Constitution a déjà été révisée 24 fois depuis sa promulgation.

Il n’y a pas de vérité démocratique, il y a une recherche d’adéquation avec un idéal démocratique qui évolue en permanence de concert avec les évolutions de la société, par essais et erreurs. Cette évolution est largement commandée par la société civile, à savoir la société qui ne relève ni des pouvoirs politiques, ni des pouvoirs religieux, la société qui s’organise par elle-même, dans ses dimensions sociales, économiques et plus récemment environnementales. Dans nos sociétés éduquées et informées, l’échelon politique n’a plus le monopole de la réflexion, du savoir, des solutions, de l’action, de l’innovation. Il doit donc être d’autant plus à l’écoute de la société.

Or, nos institutions politiques le permettent encore peu. En quinze ans, la dernière innovation constitutionnelle que fut le référendum d’initiative partagée n’a pu aboutir sur un seul débat de société. De nombreux points de vue s’affrontent sur le sujet. Je ne crois pas tant à un grand soir institutionnel qu’à une démocratisation de la société tout entière, dans tous les secteurs de la vie sociale. Je pense à une coconstruction collective de la décision pour des politiques publiques mieux acceptées et plus efficaces. Je pense à une démocratie plus continue, qui ne se limite pas aux soirées électorales, à une consultation régulière et apaisée des corps intermédiaires et des citoyens sur tous les sujets qui les concernent. La démocratie politique ne peut être toute la démocratie, qui est aussi sociale et participative.

A la croisée de la société et des institutions, le Conseil économique, social et environnemental que je préside peut contribuer à une telle avancée, par sa représentation des organisations de la société civile, par les conventions citoyennes sur des sujets d’intérêt général et l’association régulière des citoyens à l’élaboration de ses travaux. Encore faut-il que cette nouvelle matière démocratique trouve sa place dans un nouveau continuum démocratique, qu’elle soit relayée, traduite dans des lois ou des libertés nouvelles, qu’elle soit en somme partagée dans une expérience commune et renouvelée de la démocratie. Faute de quoi, nous accréditons l’idée que la forme démocratique ne vaut plus d’être essayée.



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button