Éducation

Détresse psychologique dans nos écoles: la CSQ est consternée … – Le Journal de Montréal


Un syndicat en enseignement est consterné devant les chiffres de l’INSPQ sur la détresse psychologique dans le réseau scolaire.

• À lire aussi – 6 employés sur 10 au bord du gouffre: la détresse psychologique explose dans nos écoles

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire ont réagi au portrait présenté par Le Journal sur la détresse psychologique vécue dans les écoles. La CSQ se dit particulièrement préoccupée par la situation.

Cocktail toxique

«Ces chiffres sont vraiment préoccupants et ils confirment les échos que nous avons des différents milieux et des membres. Quand on dit qu’il faut poser des actions concrètes pour améliorer les conditions de travail dans nos réseaux, ce portrait du réseau de l’éducation confirme l’urgence de la situation. La surcharge, la pression, le manque de ressources, les enjeux liés à la violence, etc. C’est un cocktail toxique, et nous sommes sérieusement inquiets pour la santé du personnel», a affirmé le président de la CSQ, Éric Gingras.

La CSQ représente près de 215 000 membres, dont environ 125 000 font partie du personnel de l’éducation. 

Selon les résultats de cette vaste enquête, la détresse psychologique fait de plus en plus de ravages parmi les membres du personnel scolaire alors que 57% des employés des écoles primaires et secondaires en vivent. Le niveau de détresse aurait presque triplé en 12 ans, selon un chercheur qui a collaboré à cette étude. 

Au printemps 2022, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a mené une enquête auprès de 22 000 enseignants, professionnels, employés de soutien et directions d’école afin de mesurer leur niveau de détresse psychologique.

Les effets de la pandémie

Au cabinet du ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, le personnel s’est dit très sensible à la réalité des enseignants.

«On est conscient que la pandémie a eu des effets sur la santé mentale des jeunes, tout comme celle des adultes. On est très sensibles à la réalité des enseignants et du personnel scolaire, c’est pourquoi on veut apporter le plus d’aide possible. Le projet-pilote d’aides à la classe vise à ajouter un deuxième adulte en classe pour que la tâche des enseignants soit allégée. Notre priorité dans les négociations actuelles, c’est l’organisation du travail», a expliqué Florence Plourde, attachée de presse de M. Drainville.

Vous avez des informations à nous communiquer à propos de cette histoire?

Écrivez-nous à l’adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

À voir aussi: 





Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button