Problèmes sociaux

Cherté de la vie, chômage, émigration clandestine : la famille de … – actusen.sn


Le candidat à la présidentielle de Benno Bokk Yakaar a fait face ce lundi à un imprévu dans le cadre de ses tournées dites économiques aux allures de précampagne électorale. Loin de s’attendre à une leçon de morale, il en a vécu en tant que celui qui aspire à diriger ce pays, en rendant visite, avec sa délégation, à la famille de Mame Cheikh Mbaye de Louga. Portant la parole de la famille, Serigne Ibrahima Mbaye, fils de Serigne Sam Mbaye, n’a pas mâché ses mots en parlant des souffrances des Sénégalais. D’emblée, il dira : « Si une telle occasion se présente (la visite du Pm), nous allons en profiter parce qu’on ne l’a pas tous les jours. C’est vous dire qu’incontestablement, de très nombreuses réalisations ont été faites. Mais, il reste encore beaucoup à faire».

«La vie est chère à telle enseigne que les pères de familles ne dorment plus du sommeil du juste»

Devant le micro de la RTS, la chaîne nationale, le marabout de renchérir : « Premièrement, la vie est chère à telle enseigne que les pères de familles ne dorment plus du sommeil du juste. Si vous êtes venu pour écouter nos doléances, Monsieur Amadou Ba, nous vous disons que tout a connu une hausse ces dernières années ».

«Il urge de venir en aide aux Gorgulu largement éprouvés par le coût de la vie»

Demandant ainsi au Premier ministre de venir à la rescousse des ‘‘Gorgorlu’’ dans leurs lourdes charges au quotidien, « qui sont largement éprouvés par le coût de la vie », Serigne Ibrahima Mbaye citera dans la foulée ce qu’il considère comme étant l’autre souffrance des Sénégalais. « Nos enfants viennent tout le temps ici se plaindre de leurs difficiles conditions de vie. L’émigration clandestine reste leur seul espoir pour un avenir meilleur. Ils bravent la Mer et empruntent les montagnes au péril de leur vie parce qu’ils veulent être à l’abri du besoin et venir en aide à leurs parents. Si toutes les conditions étaient réunies pour rester ici au pays, ils n’allaient jamais partir, parce que ceux qui sont déjà là-bas sont aussi habités par le rêve de revenir. C’est un véritable problème auquel nous cherchons une solution », a détaillé le porte-parole de la famille Mbaye à l’endroit du chef du Gouvernement qui visiblement était pris au dépourvu. Il écoute certes, mais n’acquiesce pas. Même le griot de la République, El Hadj Abdoulaye Mbaye Pekh, n’en revenait pas à ses yeux, tant la situation était on ne peut plus inhabituelle. Mais le marabout n’en a cure, visiblement.

«Si toutes les conditions étaient réunies pour rester ici au pays, nos enfants n’allaient jamais partir au péril de leur vie»

Il poursuit : « L’autre point sur lequel nous voulons insister, c’est la justice sociale et une justice au service de la vérité. Cela fait partie des problèmes. Nous voulons qu’il y ait une même justice au service de tout le monde, qui ne saura faire la distinction entre riche et pauvre. Il y va de notre stabilité à tous. » La famille Mbaye a fini par formuler des prières de succès à l’endroit du candidat de Benno dans son ambition de devenir le prochain Président.

Actusen.sn



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button