Politique

ASIE/PAKISTAN – Soutien national total au peuple palestinien : la … – Agenzia Fides


ASIE/PAKISTAN – Soutien national total au peuple palestinien : la paix au Moyen-Orient passe par la solution des deux États

Islamabad (Agence Fides) – Le 15 octobre 1937, dans un discours prononcé à Lucknow devant l’Assemblée de la “All-India Muslim League”, Muhammad Ali Jinnah, le leader politique qui, quelques années plus tard, après la partition de 1945 entre l’Inde et le Pakistan, deviendrait le père fondateur de cette dernière nation, a déclaré : “Les musulmans de l’Inde resteront fermes et aideront les Arabes de toutes les manières possibles dans la lutte courageuse et juste qu’ils mènent contre vents et marées. Je voudrais leur envoyer un message, au nom de la Ligue musulmane pan-indienne, de bonheur, de courage et de détermination dans leur juste cause et leur combat, et je suis sûr qu’ils gagneront”. Ce souhait s’est également matérialisé par un soutien concret au peuple palestinien pendant la guerre de Palestine (1947-1949), soutien dont on espérait qu’il serait également militaire de la part du Pakistan nouvellement formé. Ce soutien s’est confirmé tout au long de l’histoire des relations israélo-palestiniennes troublées et des guerres du XXe siècle, l’armée de l’air pakistanaise participant aux guerres israélo-arabes de 1967 et 1973, en luttant contre les Israéliens.
Après la guerre de 1973, le Pakistan et l’Organisation de libération de la Palestine ont signé un accord pour la formation et l’entraînement des officiers de l’OLP dans les installations militaires pakistanaises. Le Pakistan et l’OLP ont continué à développer des liens étroits et, lors d’un sommet panislamique à Lahore en février 1974, l’OLP a été déclarée pour la première fois “représentant unique et légitime des Palestiniens”. Le fruit de ces relations a été la reconnaissance diplomatique totale et mutuelle entre le Pakistan et l’OLP en 1975.
Des années plus tard, lors de la première Intifada, qui a débuté en 1987, des manifestations en faveur de l’OLP ont eu lieu au Pakistan et le gouvernement a envoyé une aide humanitaire substantielle à l’organisation. Après la déclaration d’indépendance palestinienne du 15 novembre 1988, le Pakistan a immédiatement reconnu l’Autorité palestinienne le 16 novembre 1988 et a établi des relations diplomatiques complètes avec elle en 1989.
Historiquement, le Pakistan, terre des musulmans indiens, deuxième pays musulman le plus peuplé au monde (après l’Indonésie), avec 95 % de citoyens musulmans sur une population de plus de 230 millions d’habitants, reste un fervent partisan de la création d’un État palestinien indépendant et, conformément à sa doctrine pro-palestinienne, n’a jamais reconnu l’État d’Israël.
C’est dans ce contexte historique que s’inscrit la nouvelle flambée de conflit au Moyen-Orient et les réactions qui en ont découlé au Pakistan. Après le 7 octobre, le Premier ministre par intérim, Anwaarul Haq Kakar, a déclaré que la nation pakistanaise était “bouleversée par l’escalade de la violence au Moyen-Orient, qui souligne la nécessité urgente de régler la question palestinienne”, et a appelé “à la retenue et à la protection des civils”. Il a réaffirmé que “la paix durable au Moyen-Orient passe par une solution à deux États, avec un État de Palestine viable, contigu et souverain, sur la base des frontières d’avant 1967”.
Suite à la réaction israélienne, à la fois politique, militaire et populaire, le Pakistan a stigmatisé la violence exercée par Israël sur la population civile palestinienne à Gaza, qui a été ouvertement condamnée par le ministre des affaires étrangères par intérim, Jalil Abbas Jilani. “Le droit des Palestiniens à l’autodétermination doit être respecté et la Palestine devrait se voir accorder un État séparé et indépendant, accepté non seulement par Israël mais aussi par la communauté internationale”, a-t-il déclaré.
Dans le pays, le “siège total” de Gaza, qui bloque l’approvisionnement en nourriture, en eau, en électricité et en carburant de 2,3 millions de personnes, dont beaucoup dépendent de l’aide, est particulièrement visé. Les attaques aériennes et les tirs d’artillerie des forces israéliennes, qui ont touché des quartiers entiers, des hôpitaux et des écoles à Gaza, sont considérés comme une “punition collective” injuste et sont décrits comme des “crimes de guerre” contre l’ensemble du peuple palestinien, ce qui entraînera une “catastrophe humanitaire”.
La nation semble unie dans cette position : le Jamiat Ulema-e-Islam (JUI), le plus grand parti politico-religieux du Pakistan, a organisé une grande manifestation anti-israélienne et de soutien au Hamas dans la ville de Peshawar le 14 octobre. Un ancien dirigeant du Hamas, Khaled Meshaal, a pris la parole lors de cet événement, appelant à “l’aide de l’oumma musulmane” et remerciant le JUI pour son soutien.
Au niveau militaire également, le général Asim Munir, chef de l’armée pakistanaise, a déclaré qu’Islamabad continuerait à soutenir les Palestiniens : “Le peuple palestinien bénéficie d’un soutien diplomatique, moral et politique sans équivoque de la part de la nation pakistanaise et nous continuerons à soutenir la position de principe de nos frères en faveur d’une résolution durable de la question palestinienne et de la fin de l’occupation illégale de leurs territoires et des lieux saints des musulmans”, a déclaré le général Munir lors d’une réunion des commandants de corps au quartier général de l’armée à Rawalpindi.
Selon le gouvernement pakistanais, Israël doit se conformer aux résolutions des Nations unies reconnaissant le droit du peuple palestinien à l’autodétermination. Le Pakistan appelle à la reconnaissance de la Palestine en tant qu’État distinct avec les frontières d’avant 1967, a-t-il confirmé, tandis que le gouvernement d’Islamabad reste en contact avec les agences de l’ONU et les organisations internationales dans le but de fournir une assistance humanitaire aux Palestiniens, tout en restant en contact avec les autorités égyptiennes pour l’utilisation du point de passage de Rafah.
Le président pakistanais Arif Alvi a exhorté l’ONU et l’OCI (Organisation de la coopération islamique) à se réunir d’urgence pour mettre fin au siège de Gaza : “Les organisations devraient veiller à ce que l’aide médicale, la nourriture et les autres fournitures nécessaires soient envoyées d’urgence pour empêcher une nouvelle dévastation et une catastrophe humaine en Palestine”, a-t-il déclaré, condamnant “la cruauté infligée à grande échelle”.
Le conflit au Moyen-Orient a également des conséquences pour les pays arabes et les nations musulmanes comme le Pakistan sur le plan géopolitique : le premier ministre pakistanais, Anwaarul Haq Kakar, qui s’est rendu en Chine ces derniers jours pour le troisième forum sur la route de la soie, intitulé “Connectivité dans une économie mondiale ouverte”, a exprimé la “profonde appréciation du Pakistan pour son partenariat stratégique avec la Chine”. M. Kakar a noté que la Chine est “un allié précieux et que le Pakistan est fier de son amitié”. Il a qualifié le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) de “jalon historique dans l’amitié entre les deux nations”, soulignant son potentiel de développement économique et de prospérité pour le Pakistan. M. Kakar a tenu des réunions bilatérales avec des personnalités chinoises de haut rang (dont le président chinois Xi Jinping), ainsi qu’avec d’autres chefs d’État et de gouvernement participant au forum. Avec la Chine, le Pakistan souhaite “renforcer l’ensemble de la coopération bilatérale” et a signé des protocoles d’accord dans divers secteurs tels que l’agriculture, la santé, l’éducation, la formation et l’énergie.
(PA) (Agence Fides 23/10/2023)



Partager:



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button