Éducation

En Allemagne, le syndicat IG Metall élit pour la première fois une … – Le Monde


Le syndicat allemand de l’industrie IG Metall a amorcé un nouveau chapitre de son histoire. Lundi 23 octobre, Christiane Benner, 55 ans, en a été élue la présidente lors du congrès de l’organisation, à Francfort-sur-le-Main. Jamais le plus grand syndicat indépendant du monde, avec 2,2 millions de membres, n’avait été dirigé par une femme. C’est une rupture majeure au sein d’une organisation encore très masculine, fortement implantée dans l’industrie automobile, qui compte toujours 80 % de salariés hommes.

A observer les applaudissements, lundi matin, au deuxième jour du congrès, il ne fait aucun doute que Christiane Benner est extrêmement populaire au sein du syndicat. Les 418 délégués ont approuvé sa candidature à plus de 96 % des voix.

Comme souvent en Allemagne, la rupture se produit dans la continuité : la première femme syndicaliste en chef de l’industrie allemande a eu le temps de forger ses soutiens en interne. Entrée chez IG Metall en 1988, elle est passée par toutes les étapes de la carrière syndicale classique, de déléguée en entreprise jusqu’à la vice-présidence d’IG Metall à la centrale de Francfort, poste qu’elle occupait depuis huit ans.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés IG Metall se modernise et promeut une femme

Christiane Benner devient ainsi une des femmes les plus influentes du capitalisme allemand : grâce aux lois sur la codécision, qui assurent aux représentations des salariés 50 % des sièges au sein des conseils de surveillance des grands groupes, IG Metall dispose d’un levier financier et décisionnel considérable dans les principales entreprises du pays. C’est une des rares organisations encore capable de mobiliser des millions de salariés, et un interlocuteur incontournable des pouvoirs publics.

Sensibilisée très tôt au sujet de l’égalité hommes-femmes

L’élection confirme aussi la féminisation des organisations syndicales allemandes, à laquelle Christiane Benner a largement contribué. Au printemps 2022, le DGB (Deutsche Gewerkschaftsbund), la fédération qui chapeaute les principales centrales, avait élu Yasmin Fahimi à sa tête.

Un an plus tôt, c’est l’Italo-Allemande Daniela Cavallo qui prenait chez Volkswagen la direction du Betriebsrat, le puissant conseil de représentation des salariés.

Chez les poids lourds industriels Siemens et Bosch, les conseils de surveillance se sont également féminisés ces dernières années. « Je veux des femmes là où l’argent est distribué, dans les conseils de surveillance, dans les directoires, dans les conseils de représentation des salariés, dans les syndicats », expliquait Christiane Benner au Monde à l’automne 2022.

Il vous reste 56.43% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button