Santé

Santé. Pourrait-on bientôt soigner un cancer du sein métastatique ? – Le Progrès


Le cancer du sein métastatique est une maladie considérée encore aujourd’hui comme synonyme de sombre pronostic. Or, les avancées de la recherche médicale ont permis de faire progresser la prise en charge. Autre évolution notable, les femmes bénéficient aujourd’hui de nombreuses solutions pour vivre plus sereinement leur maladie au quotidien.

Par En partenariat avec Destination Santé

19:00
| mis à jour à 10:45

Les oncologues parlent de cancer du sein métastatique à partir du moment où les cellules cancéreuses ne sont plus uniquement localisées au niveau du sein ou des ganglions de voisinage. Elles ont en effet commencé à se disséminer vers d’autres organes. Et notamment les os, le foie, le cerveau ou les poumons. A noter que certains cancers du sein peuvent être identifiés comme métastatiques dès le diagnostic.

Mais dans la majorité des cas, cette forme de tumeur se déclare au cours de la maladie. Selon les dernières données, entre 20 à 30 % des patientes traitées pour un cancer du sein développeront des métastases et 12 % des cancers du sein sont métastatiques d’emblée.

Une prise en charge en pleine évolution

Selon le Dr Paul Cottu, oncologue médical à l’Institut Curie, « dans la prise en charge des cancers du sein hormonodépendants métastatiques, les dernières avancées thérapeutiques telles que les inhibiteurs de CDK4/6 (comprimés pris à domicile) associés à l’hormonothérapie ont représenté une réelle amélioration ».

Concernant le cancer du sein HER2 positif, « la principale innovation repose sur les thérapies ciblées et une nouvelle classe thérapeutique appelée conjugués anticorps-drogue et pour les cancers du sein triple négatifs, sur l’immunothérapie et également les conjugués anticorps-drogue. »

Concrètement, dans la prise en charge des cancers du sein hormonodépendants – 80% des cas de cancer du sein – « les inhibiteurs CDK4/6 associés à l’hormonothérapie en première ligne permettent de contrôler la maladie bien plus longtemps qu’auparavant. Autrement dit, les patientes vivent avec une maladie contrôlée, peu évolutive, peu symptomatique pendant des mois, voire des années. Et si elles doivent être suivies régulièrement par leur oncologue, elles peuvent prendre leur traitement oral à domicile ce qui est un vrai plus pour leur qualité de vie. »


Il est essentiel de rester à l’écoute des patientes. Depuis plusieurs années, le laboratoire Pfizer s’est engagé pour justement répondre aux besoins des patientes et de leurs proches. Photo Adobe Stock

Une amélioration de la qualité de vie

Pour le Dr Paul Cottu, le cancer du sein hormonodépendant métastatique pris en charge de manière optimale « peut ainsi être considéré comme une maladie chronique. » Autrement dit si le cancer du sein métastatique reste incurable, les patientes peuvent toutefois vivre des années avec une bonne qualité de vie, à condition qu’elles reçoivent les traitements adéquats.

En matière de prise en charge, la société européenne d’oncologie ESMO recommande en première ligne pour les cancers du sein hormonodépendants les inhibiteurs de CDK4/6 en association à l’hormonothérapie chez les patientes éligibles. En cas d’intolérance, il est préconisé de changer l’inhibiteur de CDK4/6.

De manière générale, ces traitements peuvent générer des effets secondaires, comme le souligne le Dr Paul Cottu : « Tout au long du traitement, nous gérons les éventuels effets des thérapeutiques et nous pouvons proposer à nos patientes des soins de support qui visent justement à atténuer les conséquences de la prise en charge. »

L’impact des traitements sur la forme des patientes

Selon l’enquête Réalités 2, pour près de la moitié des patientes (44%), le cancer du sein métastatique et les traitements ont un impact au niveau de leur état physique. Quasiment un quart (24%), rapporte des conséquences psychologiques et sociales. Quasiment la même proportion (22%) affirme être gênée dans ses activités quotidiennes. De manière générale, leur qualité de vie est détériorée à cause des effets secondaires des traitements.

Mais cet impact est davantage rapporté chez les patientes traitées par chimiothérapie que chez celles sous hormonothérapie ou thérapie ciblée. Par rapport aux protocoles à base de chimiothérapie, les femmes bénéficiant des traitements les plus récents (thérapies ciblées et hormonothérapie) sont plus nombreuses à se sentir bien avec leur prise en charge (84% pour les thérapies ciblées et 78% pour l’hormonothérapie contre 65% pour la chimiothérapie) et sont moins nombreuses à le trouver contraignant (33% et 27% vs 61%).

Rester à l’écoute des patientes

C’est pourquoi il est essentiel de rester à leur écoute. Depuis plusieurs années, le laboratoire Pfizer s’est engagé pour justement répondre aux besoins des patientes et de leurs proches. Via sa démarche SeinChrone, plusieurs outils sont proposés afin d’accompagner les femmes souffrant d’un cancer du sein métastatique et d’améliorer à la fois leur parcours de soins et de vie.

C’est le cas par exemple de PactOnco.fr, un site internet et une page Facebook où elles peuvent trouver des informations sur la maladie, les types de traitements, le parcours de soins ou encore leurs droits.

Autre solution : LaVieAutour.fr. Sur ce site créé en collaboration avec l’Association francophone pour les soins oncologiques de support (AFSOS), figure une carte interactive qui permet d’identifier rapidement les associations proposant des soins de support à proximité du lieu de résidence de la patiente.

Enfin de nombreuses associations œuvrent tous les jours pour accompagner les patientes et leurs proches. A l’image du Collectif 1310, créé spécifiquement pour les patientes présentant un cancer du sein métastatique, et qui regroupe 9 associations : Europa Donna France, Juris Santé, Life is Rose, Mon Réseau Cancer du Sein, BRCA France, Étincelle, Vivre comme avant, OSE ! et collectif Triplettes Roses. Pour en savoir plus : www.collectif1310.fr.



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button