Organisations internationales

A Budapest, Orban reçoit Erdogan pour parler énergie et Otan – lfm.ch


Les feux qui ravagent le Canada ont encore gagné du terrain dimanche dans l’ouest du pays. Deux larges incendies ont fusionné alors que des milliers d’habitants paniqués poursuivent leur évacuation.

Le brasier issu de cette fusion, situé dans la région de Shuswap à 500 km au nord-est de Vancouver, s’étend désormais sur plus de 41’000 hectares, d’après les pompiers de Colombie-Britannique.

“Les soldats du feu travaillent à arrêter la progression des flammes vers les structures dans les zones où elles continuent d’avancer activement à travers les bois et les prairies”, ont-ils précisé dimanche sur X (ex-Twitter).

Les vents du nord ont favorisé la propagation de ces feux qui ont détruit plusieurs bâtiments de cette région touristique.

La ville de Kelowna, environ 150’000 habitants, à 150 km au sud de Shuswap, où des milliers de personnes ont dû évacuer, est toujours dimanche enveloppée d’une fumée épaisse, odorante et visible à plus de 100 kilomètres autour de la ville, a constaté une journaliste de l’AFP.

“Ca a été horrible de passer la semaine avec cet air, c’est horrible à respirer”, a raconté samedi soir à l’AFP Mary Hicks, 29 ans, venue de Montréal pour rendre visite à une amie à Glenmore, un quartier de Kelowna.

Son vol retour a été annulé et l’aéroport de Kelowna a fermé pour aider les efforts des avions de lutte contre les incendies.

“J’ai pleuré, pleuré”

April, 39 ans, qui n’a pas souhaité donné son nom de famille, a dû évacuer sa maison avec ses deux enfants en bas âge et est hébergée dans l’hôtel pour lequel elle travaille comme réceptionniste dans l’est de Kelowna, en dehors de la zone sous ordre d’évacuation.

“Lorsque j’ai dû faire mes bagages, j’ai pleuré, pleuré, pleuré. Je pensais à ma famille, surtout aux enfants”, a-t-elle expliqué. Cette mère de famille a pris avec elle documents, bijoux et vêtements.

“C’est la première fois qu’une telle chose m’arrive. C’était vraiment triste de partir, de laisser notre maison, je ne sais pas ce qu’il va se passer mais je pense que notre hôtel est en sécurité”, a-t-elle confié.

De l’autre côté du lac Okanagan, à West Kelowna, un nombre conséquent de maisons a brûlé, selon les autorités, qui se montrent cependant optimistes sur la lutte contre les incendies, pour la première fois depuis jeudi.

“Nous en sommes à quatre jours, j’ai l’impression que cela fait des mois, mais les choses s’améliorent”, a annoncé dimanche le chef des pompiers de West Kelowna, Jason Brolund.

“Nous avons enfin l’impression d’avancer plutôt que de reculer”, a-t-il souligné.

A travers la Colombie-Britannique, en état d’urgence, environ 30’000 personnes ont reçu un ordre d’évacuation et 36’000 autres sont en état d’alerte et prêtes à fuir, ont indiqué les autorités locales.

Aide fédérale

“Ne vous rendez pas dans les régions de la province touchées par les incendies pour faire du tourisme ou pour vous amuser”, a rappelé dimanche Bowinn Ma, responsable des situations d’urgence de la province.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué de son côté le déploiement de “matériel des Forces armées canadiennes et des ressources pour appuyer les évacuations” ainsi que l’approbation de la demande d’assistance fédérale de la Colombie-Britannique, dans une publication sur X.

Les incendies touchent également le nord du Canada, notamment la capitale des Territoires du Nord-Ouest, Yellowknife, où près de la totalité des 20’000 habitants ont dû évacuer.

Après un certain répit samedi, grâce aux pluies de la nuit précédente qui ont entraîné une chute brutale des températures, elles devraient à nouveau augmenter dimanche selon les autorités.

“Même si le feu n’est pas visible en surface, il est actif et énorme”, a souligné le ministre de l’Environnement des Territoires du Nord-Ouest, Shane Thompson.

De l’autre côté de la frontière, aux Etats-Unis, plusieurs milliers de personnes ont dû fuir les incendies de forêt dans l’Etat de Washington, où au moins un mort a été signalé, selon les autorités.

Le Canada est confronté ces dernières années à des événements météorologiques extrêmes dont l’intensité et la fréquence sont accrues par le dérèglement climatique.

Le pays connaît ainsi cette année une saison des feux de forêt qui bat tous les records : 14 millions d’hectares – environ la superficie de la Grèce – ont brûlé, soit le double du dernier record datant de 1989.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button