Voyages

« Avenue 5 » : voyage au bout de l’espace – Les Échos


Y a-t-il un pilote dans l’avion ? A en croire la mine soucieuse du capitaine Clark, les passagers du vaisseau spatial cossu « Avenue 5 » sont sérieusement en droit d’en douter. Tout avait pourtant si bien commencé pour ces quelques croisiéristes privilégiés, dotés d’une poignée de millions pour s’envoler huit semaines à bord d’un hôtel 5 étoiles niché dans l’espace, en direction de la planète Saturne. Quelle aventure plus luxueuse que celle vécue par ces astronautes endimanchés, entre buffets copieux, cours de yoga et salons avec vue sur l’immensité ? Un terrain de jeu rêvé pour le réalisateur et scénariste Armando Iannucci, portraitiste dans l’âme, aimant plus que tout croquer, dans ses fictions, des personnages fantasques.

A l’origine de la superbe satire politique « Veep », il s’inspire ici des fantasmes nourris autour du tourisme spatial pour donner vie à un huis clos fantaisiste, réunissant un milliardaire brushingué, bien décidé à faire fructifier son entreprise spatiale, et un « capitaine » très vite déboussolé. Ce dernier est d’ailleurs campé par l’excellent Hugh Laurie (Dr House), à qui le costume de maître à bord sied à merveille. Or, et c’est là tout le sel de la série, un malheureux changement de trajectoire va finalement transformer cet écrin en une prison dorée : les passagers ne le savent pas encore mais ils vont y être confinés… durant plusieurs années.

Légère et imparfaite

Certes, la série est imparfaite à bien des égards, le second degré faisant souvent place à un humour potache qui ne sert pas une idée originelle pourtant pleine de promesses. D’ailleurs, la fiction cherche souvent son ton : à trop vouloir jouer de l’absurde, elle se perd dans la caricature et peine à offrir aux passagers la profondeur, le comique et le relief scénaristique que l’on attendrait d’une histoire se déroulant principalement en lieu clos.

Très inégale, parfois à bout de souffle, « Avenue 5 » n’en reste pas moins une sitcom légère, décalée, séduisant par des situations cocasses qui interrogent la vie en communauté et la bêtise humaine. Et qui réunit un très bon casting, dont l’excellent Zach Woods (The Office), drolatique dans la peau du responsable des relations clients en proie à une situation littéralement chaotique. Au vu des épisodes, on profitera encore davantage de nos vacances, les pieds sur terre.

Avenue 5

Série TV

D’Armando Iannucci, Hugh Laurie, Josh Gad, Zach Woods. Episodes de 28 min, deux saisons.



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button