Santé

Des espaces inclusifs donnent à des femmes yéménites … – ONU Info


« Je suis née avec une infirmité à l’une de mes jambes. Alors que je n’avais que cinq mois, une aiguille a été malencontreusement injectée dans le muscle de ma bonne jambe – il n’y avait pas assez de personnel médical qualifié à l’hôpital », a confié Nabila à l’UNFPA, l’agence des Nations Unies chargée des questions de santé sexuelle et reproductive. Elle est alors privée de l’autre jambe, altérant ainsi de manière significative sa mobilité.   

Par la suite, son père, seul pourvoyeur de sa famille composée de cinq enfants ainsi que de la famille de sa belle-mère, comprenant cinq autres enfants tous âgés de moins de 12 ans, a subi une grave blessure à la tête lors d’un accident de la route. Incapable de reconnaître les membres de sa propre famille, il s’est parfois montré violent.

« Parfois, mon père profère des menaces de mort à l’encontre de moi-même et de mes frères si nous demeurons trop longtemps. Cela nous oblige à nous tenir éloigné de lui », a expliqué Nabila, âgée de 22 ans. 

Elle désirait contribuer à soutenir sa famille, mais ses options étaient restreintes par l’inachèvement de son parcours scolaire. « Malheureusement, mon établissement scolaire a été réduit en ruines lors de l’éclatement du conflit », a-t-elle précisé. « J’ai beaucoup souffert ».

Enormes obstacles 

Nabila recevant son certificat pour avoir suivi le cours de formation à l’espace sûr pour les femmes et les filles soutenu par l’UNFPA.

De la violence de la guerre à l’effondrement économique, en passant par les catastrophes climatiques et les services publics gravement perturbés, le Yémen est aux prises avec l’une des plus grandes crises humanitaires au monde. Environ 80% de la population ne dispose pas de suffisamment de nourriture, d’eau potable sûre ou de services de santé accessibles pour survivre. 

Sur les 4,5 millions de personnes déplacées au Yémen, la grande majorité sont des femmes et des enfants, et environ un quart des ménages déplacés sont dirigés par des femmes. Cependant, la discrimination liée au genre est répandue, limitant les chances des femmes et des filles d’étudier ou de gagner leur vie. Pendant ce temps, le manque de logements sécurisés pour les personnes déplacées les expose à des risques, notamment la violence, l’exploitation et les abus sexuels. 

Les restrictions se renforcent dans de nombreux endroits : dans certaines régions du nord du Yémen, les femmes ne peuvent plus travailler indépendamment en raison du système du “mahram” qui exige la présence d’un tuteur masculin pour se déplacer. 

Toutes ces questions sont exacerbées pour les femmes et les filles en situation de handicap, qui sont confrontées à une menace accrue de violence, d’abus et de discrimination, alors même que les services de santé et de protection essentiels sont soit inexistants, soit mal équipés pour répondre à leurs besoins. 

Tracer son propre chemin 

Cependant, les femmes et les filles en situation de handicap peuvent survivre – et même s’épanouir – lorsque les services de soutien sont inclusifs. Nabila a appris cela elle-même dans un espace sûr pour les femmes et les filles, géré par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) avec le soutien financier des Pays-Bas, de la Suède et de la Suisse. 

Elle hésitait initialement à y aller, incertaine de savoir si elle serait acceptée. À sa grande surprise, elle a non seulement été accueillie à bras ouverts, mais s’est également vu offrir un large éventail de formations et de soutien. 

Elle a reçu des conseils pour renforcer sa confiance en elle et des sessions de sensibilisation pour apprendre ses droits. Elle s’est inscrite à un cours d’artisanat et, après avoir maîtrisé les techniques, a commencé à enseigner ces compétences à d’autres filles. Elle a également commencé à vendre ses produits sur le marché local. 

Maintenant soutien de famille, Nabila ne s’est pas arrêtée là. Elle s’est inscrite à un cours d’alphabétisation au centre pour poursuivre son éducation, et elle aide d’autres filles à démarrer leurs propres entreprises. 

« L’espace sûr a contribué à changer ma vie – j’ai découvert que mon handicap n’est pas un obstacle pour réaliser mes rêves ». 

Femmes entrepreneures à Sanaa 

Dans le gouvernorat de Sanaa, Saba*, maintenant âgée de 22 ans, est née avec une déficience auditive et n’a reçu que deux ans d’enseignement dans un centre d’éducation spécialisée. Le reste de sa vie s’est déroulé dans l’isolement, principalement confinée à la maison. Cependant, un cheikh du quartier a parlé à la sœur de Saba d’un espace sûr à proximité où les femmes et les filles en situation de handicap étaient les bienvenues. 

« Quand Saba est arrivée pour la première fois à l’espace sûr, elle était renfermée et hésitante », a déclaré Fatima, une bénévole du centre soutenu par l’UNFPA. 

Pourtant, Saba s’est inscrite à une formation professionnelle de deux mois. Lorsqu’elle avait du mal à comprendre le formateur, le programme a couvert les frais de transport afin que la sœur de Saba puisse l’accompagner et l’aider. 

« Je ne pouvais pas croire le changement en elle », a déclaré sa sœur. « Elle a commencé à sourire et à saluer les gens… elle a même commencé à parler à tout le monde qu’elle rencontrait ». 

« C’est devenu ma deuxième maison. Je m’y sentais en sécurité et soutenue, et j’adorais passer du temps avec les autres femmes et filles. J’ai beaucoup appris d’elles, et j’avais l’impression de faire partie d’une communauté », a expliqué Saba. 

Nawal*, 25 ans, a également suivi des cours dans un espace sûr dans le gouvernorat de Sanaa. Elle a perdu la vue à l’âge de 10 ans et n’a ensuite fréquenté l’école qu’une seule année. 

« Mon père m’a inscrite dans une école pour personnes handicapées, mais j’ai dû arrêter parce qu’il ne pouvait plus payer », se souvient-elle. Le conflit n’a fait qu’aggraver les choses. « Je pleurais constamment ». 

Tout a changé quand elle a rejoint l’espace sûr local. « J’ai suivi des cours de formation et appris de nombreuses compétences de vie, telles que le marketing et la gestion de projets… Malgré mon handicap, j’ai appris rapidement et tout le monde adore les accessoires que je fabrique ». 

Comme Nabila, Saba et Nawal gèrent maintenant leurs propres petites entreprises. 

Nabila est assise avec un groupe de femmes alors qu'elles apprennent à coudre et à tailler des vêtements dans le cadre d'un cours de formation aux compétences, organisé dans un espace sûr soutenu par l'UNFPA dans le gouvernorat d'Hodeïda au Yémen.

Nabila est assise avec un groupe de femmes alors qu’elles apprennent à coudre et à tailler des vêtements dans le cadre d’un cours de formation aux compétences, organisé dans un espace sûr soutenu par l’UNFPA dans le gouvernorat d’Hodeïda au Yémen.

Un soutien continu est nécessaire 

Au cours des six premiers mois de l’année, l’UNFPA a atteint un million de personnes au Yémen avec des services de santé reproductive, un soutien à la protection et une aide d’urgence. Pour 2023, 70 millions de dollars sont nécessaires de toute urgence pour maintenir ces programmes pour les femmes et les filles. A ce jour, moins de la moitié de cette somme a été reçue.

*Les noms ont été modifiés pour des raisons de confidentialité et de protection



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button