Droit international

Juste un peu d’art d’été – 3, Exposition à Strasbourg – AIDA Galerie … – Journal des spectacles



© AIDA Galerie

AIDA Galerie clôt avec cette exposition son cycle d’été avec 7 artistes de la galerie. On y verra notamment des affiches déchirées, des paysages tout en couleurs, des fenêtres sous verre, des silhouettes stylisées, des dessins au stylo bille bleu, du street art et des fables strasbourgeoises… Une expo à la fois narrative et contemplative !

L’exposition d’AIDA Galerie

Patrick Chaboud (peinture) 

Parmi les thèmes qu’il affectionne figure la ville, saisie dans ses moments de précarité, de fragilité et de tensions diverses, à l’occasion des conflits armés ou des effets du dérèglement climatique. Son ambition est de témoigner de cette actualité de façon détachée et objective, en y apportant couleur et lucidité. S’il laisse parfois libre cours à son imagination pour réaliser des pièces non figuratives, il a apporté pour cette exposition des compositions à la peinture acrylique inspirées par les affiches déchirées qui forment une part généralement vite oubliée de notre cadre urbain. Ces réalisations apparaissent comme une synthèse entre paysages urbains et compositions abstraites…

Daniel Jung (peinture) 

Il a apporté pour cette exposition une série de toiles, parfois à la limite de l’abstraction, prenant pour thème essentiellement des paysages ou des scènes en plein air… et en pleine mer. Réalisées à l’acrylique dans une grande variété de formats elles se caractérisent volontiers par leurs harmonies plutôt chaudes; et même lorsque dominent les tons bleus du ciel et de la mer, la palette ne peut s’empêcher de se réchauffer de tons ocre, jaune ou orangé. La facture dévoile un geste vif, ample et rythmé, duquel résulte une expression pleine d’énergie et de dynamisme, et d’où émane une sensation de vie, d’animation et de mouvement.

Monique Meyer (peinture sous verre)

Elle pratique depuis une vingtaine d’année la peinture sous verre, dont elle explore avec assiduité toutes les options et toutes les possibilités expressives. Parmi les thèmes qu’elle affectionne plus particulièrement figure notamment la nature, et tout particulièrement les arbres et la forêt, qu’elle restitue sous verre, à l’huile et à l’encre de chine. Cette technique nécessite notamment de réaliser les travaux à l’envers et d’exécuter au début les éléments qui apparaissent habituellement comme touches finales et sont réalisées en dernier lieu. Pour cette exposition, elle a apporté une série de pièces exécutées non pas exactement sous verre, mais plus précisément sous vitres de fenêtres. Fenêtres dont les battants avec leur cadre en bois et leurs petits bois sont conservés et inclus dans les compositions qu’elle nous présente.…

Pinto (sculpture) 

C’est à partir de matériaux de récupération qu’il élabore son répertoire visuel : métal, bois, pierre, objets manufacturés, toujours assemblés avec beaucoup d’à-propos. De cet assemblage jaillit l’étincelle de vie que cette matière semble d’emblée déjà contenir en elle lorsqu’elle est collectée. Il présente notamment, pour ses expositions fréquentes dans notre galerie, tout un bestiaire de figures animales diverses, terrestres ou marines, avec toutefois une certaine prédilection pour les oiseaux. Pour cette exposition, il a également apporté des sculptures représentant des silhouettes humaines, très stylisées, présentées en figures solitaires ou en groupes de diverses dimensions.

Fanny Saint-Pierre (dessin à l’encre)

Jusqu’ici circonscrits au noir profond et tragique, les dessins à l’encre qu’elle réalise passent désormais au bleu plus apaisé. Elle s’évade ce faisant de l’esthétique rock et gothique pour exprimer plus résolument une forme d’engagement, déjà perceptible dans ses précédents dessins. Renonçant au constat désabusé de l’horreur, elle représente ses révoltes métaphoriquement et à la pointe de son bic, sur des thèmes tels que : féminicide, guerre en Ukraine, égalité des genres, climaticide…. Le passage à la couleur bleue accompagne ce cheminement, mettant dans ses dessins encore un peu plus de vie, reflétant la recherche du difficile équilibre entre témoigner des épouvantes et des horreurs du monde, d’une part, et tendre malgré tout à l’apaisement et à la sérénité, d’autre part.

SmaK-titi (peinture) 

Artiste d’inspiration street-art, elle découvre ce mouvement aux Etats-Unis dans les années 90, à New York et Chicago. C’est à cette époque que ses premières toiles sont exposées sur Broadway avenue. De retour en France elle y expose régulièrement ainsi que dans d’autres galeries d’Europe et des Etats-Unis. 

Son univers artistique baigné de pop art et d’art brut se peuple de personnages imaginaires et colorés, caractéristiques de l’évolution de sa recherche personnelle. Les couleurs vives, acides et fluorescentes, subtilement associées, donnent un vrai dynamisme et de la profondeur à son univers plastique. Les graffitis, lettres et chiffres lui apportent du rythme et une tonalité très personnelle

Alexandre Van Buuren (peinture) 

Science-fiction, fantastique, bande dessinée, cartoon, c’est dans ce mélange de genres qu’il puise son répertoire imaginaire pour composer des décors urbains parfois réalistes, parfois improbables et futuristes, mais qui comprennent souvent en revanche un je ne sais quoi de strasbourgeois qui les rend familiers.

Cette fois, il a apporté des réalisations prenant pour cadre bien connu la grand’rue à Strasbourg, peuplée par les animaux personnifiés qui font désormais partie de sa marque de fabrique. Les scènes sont animées et bigarrées, parcourues d’une verve toute narrative, style BD, qui leur donne leur caractère de fable visuelle.

AIDA Galerie

Elle est la galerie d’art de l’Association des Artistes Indépendants d’Alsace (AIDA). Sa vocation principale est la diffusion artistique des travaux réalisés par ses membres. Plus ponctuellement, elle organise de grandes expositions collectives « hors les murs » dans les villes alsaciennes, participe à des échanges avec d’autres associations d’artistes hors d’Alsace (par exemple en Pays de Bade ou en Lorraine) ou accueille les expositions d’artistes invités. AIDA Galerie organise dans ses murs chaque année plus d’une vingtaine d’expositions.

L’AIDA 

L’AIDA (Association des Artistes Indépendants d’Alsace) est la plus ancienne association d’artistes d’Alsace en exercice. Ses origines remontent aux années 1900. Elle compte aujourd’hui une centaine de membres, tous artistes des arts visuels, vivant et travaillant en Alsace ou en lien avec cette région. Les ateliers des artistes de l’association sont répartis dans toute l’Alsace, si bien qu’on peut dire que l’AIDA est un animateur de la vie culturelle régionale. Tous les courants ont droit de cité. La grande diversité des modes d’expression constitue d’ailleurs l’une des positions revendiquées de l’association. Elle peut amener les écritures les plus contemporaines et les démarches les plus inclassables à se confronter avec des formes d’expressions plus traditionnelles. Seule exigence de sélection des membres : la qualité artistique des travaux et le professionnalisme des artistes.



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button