Sécurité internationale

Le dixième anniversaire du compte à rebours vers la guerre d’Ukraine – Le Monde


Les historiens distinguent avec méthode, s’agissant de tel ou tel conflit, la date d’ouverture des hostilités proprement dites de celle qui a ouvert la séquence menant à l’éclatement de cette guerre. C’est ainsi que la première guerre mondiale, même si elle débute formellement par la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie, le 28 juillet 1914, a bel et bien été déclenchée un mois plus tôt, par l’attentat à Sarajevo contre l’archiduc d’Autriche.

Dans le même esprit, la deuxième guerre mondiale a beau commencer par l’agression de la Pologne par l’Allemagne, le 1er septembre 1939, l’escalade vers le conflit a débuté onze mois plus tôt, à Munich, où la Grande-Bretagne et la France ont sacrifié la Tchécoslovaquie à l’Allemagne nazie. Quant à la guerre d’Ukraine, elle n’a pas commencé avec l’invasion généralisée de ce pays par la Russie, en février 2022, mais huit ans plus tôt, par l’annexion de la Crimée et l’occupation du Donbass. Et c’est au Moyen-Orient que le compte à rebours vers ce conflit a débuté.

Le massacre chimique

Durant les premières heures du 21 août 2013, Bachar Al-Assad ordonne le pilonnage des banlieues de sa capitale contrôlées par les groupes insurgés. Il s’agit pour lui de desserrer l’étau révolutionnaire autour de Damas en semant la terreur dans la population, et ce par l’emploi massif d’armes chimiques. Au cours des mois précédents, les forces du régime Assad ont déjà tiré, à une quinzaine de reprises, des gaz toxiques contre des cibles civiles.

Vladimir Poutine, dont le soutien inconditionnel à la dictature syrienne est déterminant, aussi bien à l’ONU qu’en matière de conseils et d’armements, suit de près de telles expérimentations. Même si rien ne permet d’affirmer que des experts russes ont assisté les militaires syriens dans la complexe maîtrise de l’arme chimique en milieu urbain, le Kremlin voit dans la provocation délibérée d’Assad l’occasion rêvée de tester la détermination de Barack Obama, au Moyen-Orient et bien au-delà.

Obama a, en effet, proclamé en août 2012, un an et demi après le déclenchement de la révolution syrienne, que l’emploi par Assad de l’arme chimique constituerait une « ligne rouge ». Les opposants à la dictature se sont alors émus que le régime reçoive ainsi une forme de blanc-seing pour le recours à l’aviation, aux blindés et à l’artillerie contre des cibles civiles. Et les alliés des Etats-Unis ont été troublés par le refus de Washington de prendre en compte, au printemps 2013, les preuves de plus en plus nombreuses d’un recours ponctuel du régime Assad aux armes chimiques.

Il vous reste 57.68% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button