Événements mondiaux

Neptune : ses nuages disparaissent mystérieusement, et l’activité … – Trust My Science


Les nuages de Neptune, observés depuis des décennies,
s’évaporent mystérieusement. Des chercheurs de l’Université de
Californie à Berkeley ont lié ce phénomène à l’activité solaire. En
étudiant les cycles solaires et l’atmosphère de Neptune, ils ont
découvert une corrélation entre les deux. Les résultats offrent de
nouvelles perspectives sur les dynamiques atmosphériques
interplanétaires.

Neptune,
lointaine géante glacée, présente un phénomène étonnant : ses
nuages,
autrefois constants, disparaissent progressivement. Les raisons de
cette évaporation demeurent un mystère pour les astronomes, malgré
des années d’observation attentive.

Récemment, des scientifiques de l’Université de Californie (UC)
à Berkeley, dans le cadre d’une nouvelle étude, attribuent ce
phénomène à l’activité
solaire
. Imke de Pater, professeur émérite d’astronomie à l’UC
Berkeley, a exprimé sa surprise face à la rapidité de cette
disparition. Cette découverte pourrait non seulement redéfinir la
compréhension de l’atmosphère de Neptune, mais aussi élargir notre
vision des interactions planétaires au sein de notre système
solaire
.

Une invitation à rêver,
prête à être portée.

Des observations sur trois décennies

Depuis la fin des années 80, Neptune a offert aux astronomes un
spectacle particulier : des formations nuageuses linéaires et
éclatantes, évoquant les cirrus que nous
observons dans le ciel terrestre. Ces formations, situées en
altitude dans l’atmosphère de Neptune, sont principalement
constituées au-dessus des vastes concentrations de méthane de la
planète. Leur composition unique leur permet de refléter l’ensemble
du spectre de la lumière solaire,
ce qui leur confère une teinte blanche éclatante.

Toutefois, une évolution notable a été enregistrée il y a
quelques années. En 2019, cette couverture nuageuse, qui était une
constante dans les observations, a commencé à se raréfier. Si la
majorité de ces nuages a disparu, quelques-uns persistent,
notamment au-dessus du pôle sud de Neptune, suggérant une dynamique
atmosphérique complexe et encore mal comprise.

Le cycle solaire en cause

Au cours des trois dernières décennies, les télescopes Hubble et Keck ont
permis d’accumuler une quantité significative de données sur
Neptune. L’analyse de ces observations a mis en lumière une
synchronicité étonnante entre les variations de la couverture
nuageuse de Neptune et le cycle solaire,
qui dure environ 11 ans. Ce cycle solaire est caractérisé par des
phases d’intensification des taches solaires et des éruptions de
grande ampleur, résultant de l’entrelacement progressif des champs
magnétiques du Soleil.

Bien que Neptune soit située à une très grande distance de notre
étoile, approximativement 4,5 milliards de kilomètres en moyenne,
elle n’est pas immunisée contre ses effets. En dépit du fait que la
planète ne reçoive qu’une infime fraction de la radiation solaire,
seulement 1% de ce que la Terre reçoit, le Soleil exerce une
influence notable sur la météorologie de Neptune.

Lien entre le déclin des nuages sur Neptune et l’activité du soleil
de 1994 à 2020. © NASA, ESA, LASP, Erandi Chavez (UC Berkeley),
Imke de Pater (UC Berkeley)

Des cycles de nuages en corrélation avec le soleil

L’analyse approfondie des données recueillies sur Neptune a donc
révélé un modèle qui lie les variations saisonnières de sa
couverture nuageuse au cycle solaire. Durant les phases d’activité
intense, le Soleil émet une quantité plus importante de radiations
ultraviolettes
(UV), saturant ainsi le système solaire de cette
énergie.

Les chercheurs ont remarqué qu’environ deux ans après que le
Soleil a atteint son pic d’agitation dans le cycle, Neptune
présente une augmentation notable de sa couverture nuageuse. Pour
suivre l’évolution de l’apparence de Neptune, Chavez et son équipe
ont analysé des images prises de 1994 à 2022 à l’aide de la caméra
proche infrarouge de deuxième génération (NIRC2) de l’observatoire
Keck couplée à son système d’optique adaptative (depuis 2002),
ainsi que des observations de l’observatoire Lick (2018-2019) et du
télescope spatial Hubble (depuis 1994).

Ces dernières années, les observations de l’observatoire Keck
ont ​​été complétées par des images prises dans le cadre du
programme d’observation crépusculaire de l’observatoire Keck et par
des images du télescope spatial Hubble prises dans le cadre du
programme Outer Planet Atmospheres Legacy (OPAL).

Durant ces 29 ans de données, la réflectivité de la planète a
augmenté en 2002 (maxima de luminosité), puis s’est atténuée
(minima de luminosité) en 2007, est redevenue brillante en 2015,
puis s’est assombrie en 2020 au niveau le plus bas jamais observé,
c’est-à-dire lorsque la plupart des nuages ​​​​ont disparu.

Pater explique dans un communiqué : « Nos découvertes
soutiennent la théorie selon laquelle les rayons UV du Soleil,
lorsqu’ils sont suffisamment puissants, peuvent déclencher une
réaction photochimique qui produit les nuages ​​de
Neptune
 ».

Vers une meilleure compréhension des exoplanètes

Les données combinées des télescopes Hubble, Webb, Keck et de
l’Observatoire Lick permettront d’approfondir la compréhension de
l’apparence dynamique de Neptune. Cela pourrait également aider à
mieux comprendre les exoplanètes,
car beaucoup d’entre elles sont supposées avoir des qualités
semblables à celles de Neptune.

La disparition des nuages de Neptune souligne l’importance de la
surveillance continue des planètes de notre système solaire. Bien
que Neptune soit la planète majeure la plus éloignée du Soleil,
elle n’est pas à l’abri de son influence. Les futures observations
pourraient révéler davantage sur les mystères de cette planète
glaciale et sur les exoplanètes qui lui ressemblent.

VIDÉO : Les nuages de Neptune disparaissent
avec l’activité solaire. © NASA

Source : Icarus





Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button