Des sports

Championnats du monde d’athlétisme : Gabriel Bordier, la première … – Stadion-Actu


« J’ai réussi à ramasser les morts »

L’attente fut longue mais la fin rêvée. Une météo capricieuse ayant retardé la course de près de deux heures, Gabriel Bordier s’impatientait près de la célèbre place des Héros de Budapest, les « Champs-Elysées hongrois ». Pourtant, le changement d’heure de départ n’a pas gêné le jeune marcheur français de 25 ans, loin de là. « Le délai de deux heures m’a plutôt servi, il faisait moins chaud à 10h50, l’orage a rafraîchi les conditions, et moi, je préfère quand il fait plus frais ». Le Mayennais de 25 ans fut servi. Avec une chaussée humide qui n’a pas fait peur aux marcheurs, la course partait tambour battant. Tout de suite placé au cœur du peloton de tête, l’étudiant en huitième année de médecine au CHU de d’Angers a gravi les places les unes après les autres. En 26e position après 5 kilomètres d’effort (passage en 19’38), le sociétaire de l’US Saint-Berthevin continuait sa marche sans s’inquiéter. Chronométré à la 19e place au 10e kilomètres (39’26), sa folle remontée ne s’arrêtait pas là. Casquette bleu blanc rouge visée sur la tête, le natif de Laval a montré qu’il méritait sa place dans ces Mondiaux en terminant en boulet de canon.

Avec six places de gagnées entre le 15e kilomètre et l’arrivée, celui qui disputait ses deuxièmes Mondiaux a tout donné dans les derniers mètres de course pour rattraper et dépasser l’Italien Francesco Fortunato, parvenant par la même occasion à accrocher une 10e place avec un chrono d’enfer en 1h18’59, synonyme de record personnel et de meilleur classement dans un grand championnat. Loin derrière l’Espagnol Alvaro Martin, sacré en 1h17’32 avec sept secondes d’avance sur le Suédois Perseus Karsltröm et quinze sur le Brésilien Caio Bonfim, Gabriel Bordier avait un sourire éclatant après cette performance exceptionnelle, lui qui visait au minimum le top 16, au mieux un top 8. « J’ai vécu une journée parfaite devant ma famille, mes proches, mon staff. Ma 10e place, c’est énorme. Le chrono au moins autant, c’était parfait ! J’ai eu peur au début, car c’est parti très vite. Mais il fallait bien suivre et j’ai réussi à « ramasser les morts » en fin de course. J’ai d’abord fait une course d’attente en suivant longtemps l’Espagnol Alberto Amezcua ». Sur les dix premiers marcheurs, neuf ont amélioré leur chrono de référence (six records nationaux).



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button