Immobilier

Le logement s’enfonce dans le marasme en France – Figaro Immo


Le marché du logement neuf traverse une grave crise. En voici une nouvelle preuve. Les réservations auprès des promoteurs immobiliers ont dégringolé d’environ 40 % au deuxième trimestre 2023, comparé à la même période il y a un an, selon le ministère de la Transition écologique. Avec moins de 18.000 logements réservés, la commercialisation enregistre un cinquième trimestre de baisse consécutif. Même pendant la crise du Covid, cette statistique n’était pas tombée aussi bas: les réservations sont inférieures de 18 % à celles enregistrées lors du deuxième trimestre 2020.

Même les maisons, très prisées par les ménages pendant la crise sanitaire, subissent cette crise de plein fouet. La dégringolade est spectaculaire: – 45 % pour les réservations sur un an. Pour les appartements, elle est tout de même de 39,5 %. Phénomène particulièrement dommageable, la baisse des réservations concerne particulièrement les zones les plus denses, celles où la demande est plus forte que l’offre (Paris et la Côte d’Azur entre autres). À l’inverse, là où la demande de logements est plus faible que l’offre – les petites communes essentiellement – les réservations limitent la casse. Mieux: les ventes y progressent alors qu’elles reculent ailleurs.

«Cela fait environ trois ans que nous voyons les signes avant-coureurs de cette crise, et nous constatons que les réponses apportées par nos gouvernants ne sont pas à la hauteur des enjeux de la filière», résume, amer, Xavier Huillard, PDG de Vinci dont la branche construction emploie plus de 116.000 salariés dans le monde. Les promoteurs sont obligés de s’adapter pour faire face à la crise.

» LIRE AUSSI – La crise du logement s’amplifie et inquiète le gouvernement

Kaufman & Broad a compensé une érosion de 11 % des réservations de logements par un mégachantier de bureaux qui doit être livré en 2027 dans le quartier de la gare d’Austerlitz (13e arrondissement de Paris). De son côté, Altarea a fortement réduit ses investissements dans la promotion immobilière et s’est lancé dans les entrepôts logistiques, les data centers et les installations photovoltaïques.

Pour le marché de l’ancien, la chute est moins brutale: les ventes sont actuellement en recul en volume de 15 % à 20 %, par rapport à 2022 à la même époque. Mais la situation est tout de même inquiétante. D’autant que cette atonie du marché de l’achat-vente grippe par ricochet celui de la location, les potentiels propriétaires devant rester locataires plus longtemps et la pénurie de logements s’accentuant faute de constructions suffisantes.

Cette double crise de l’immobilier, du neuf et de l’ancien, s’explique d’abord par l’évolution du crédit. Le nombre de prêts accordés aux ménages voulant acquérir un bien immobilier a été divisé par deux en un an, selon l’Observatoire Crédit Logement. L’envolée du taux de crédit a plombé le pouvoir d’achat immobilier des ménages. En un an et demi, les taux des prêts immobiliers ont été multipliés par presque quatre!

Les ménages qui gagnent entre 3000 et 4000 euros nets par mois, ont ainsi perdu plus de 60.000 euros de capacité d’emprunt en moyenne (de 282.000 euros en janvier 2022 à 221.000 euros aujourd’hui) pour un prêt sur vingt ans, selon Meilleurtaux, courtier en crédit immobilier. «C’est la faute des banques qui ne prêtent plus!», enragent souvent les ménages. «Nous devons respecter à la lettre des règles plus strictes», rétorque un banquier. Les prêts ne doivent pas être accordés sur plus de vingt-cinq ans et les emprunteurs ne doivent pas être endettés à plus de 33 % de leurs revenus. Des règles qui n’ont pas été assouplies par les pouvoirs publics, en dépit de la demande des professionnels de l’immobilier.

L’effet est délétère pour le marché de l’immobilier, car la grande majorité des ménages empruntent pour acheter un logement. «Le gouvernement doit prendre la mesure que certaines décisions prises alors que la demande était forte et soutenue, s’avèrent, avec le retournement du marché, totalement contre-productives.

Il est vital de revenir sur ces décisions pour éviter de s’enfoncer encore plus dans la crise», dénonce Pascal Boulanger, président de la Fédération des promoteurs immobiliers, en faisant référence aux aides à la construction de logements neufs. Ainsi, le Pinel, dispositif de défiscalisation, est prévu d’être supprimé en 2025. Quant au prêt à taux zéro, qui bénéficie à 80 % à des achats de logements neufs, il a certes été prolongé au-delà du 1erjanvier 2024, mais avec des conditions d’octroi plus contraignantes.

» LIRE AUSSI – La crise du logement neuf pousse le crowdfunding vers l’ancien

La sortie de crise semble encore lointaine. Les taux d’intérêt devraient continuer à progresser, la Banque centrale européenne menant toujours une politique monétaire restrictive. La baisse des prix pourrait certes changer la donne, en redonnant du pouvoir d’achat aux acquéreurs. Elle s’est amorcée dans l’ancien, mais timidement. Les vendeurs se résignent difficilement à des rabais…

Dans le neuf, les prix continuent même de grimper. Les promoteurs estiment que le prix moyen d’un logement collectif en France est de 4800 euros le mètre carré. Pour une maison individuelle, comptez un surcroît de 35 %. Cette augmentation continue des prix dans le neuf s’explique par l’envolée des coûts de construction (renchérissement des matériaux, normes plus strictes), et par la hausse des prix du foncier, en lien avec sa rareté.

Ce panorama constitue une bien mauvaise nouvelle pour les ménages qui espèrent encore s’offrir une maison. Le rêve de près de 75 % de Français, mais qui s’éloigne de plus en plus.



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button