Problèmes sociaux

Ukraine: bombardement meurtrier à Tcherniguiv après une réunion … – Arabnews fr


DUBAΪ: Michael Taylor, un ancien Béret vert américain, est devenu célèbre pour avoir planifié et exécuté l’un des complots d’évasion les plus audacieux de l’histoire récente. Il a accusé les autorités japonaises de torture – et son propre gouvernement d’être resté les bras croisés. 

Dans une interview spéciale avec Arab News Japan enregistrée à Dubaï, M. Taylor, qui a aidé l’ex-PDG de Nissan Carlos Ghosn à fuir le Japon caché dans une mallette d’équipement musical le 10 décembre 2019, a déclaré avoir subi des traitements inhumains pendant son incarcération à Tokyo.

Il a indiqué avoir souffert d’engelures, de coups de chaleur et avoir été privé de bains pendant plusieurs mois lors de son séjour à l’isolement au centre de détention de Tokyo, après avoir été extradé des États-Unis pour être jugé pour le rôle qu’il a joué dans l’évasion de Carlos Ghosn.

«Dix-sept mois à l’isolement. Deux douches en six mois et demi. Pas de chauffage. On a des engelures tous les jours, pas d’air conditionné ni de ventilation en été. Les gens s’évanouissent à cause des coups de chaleur», a-t-il confié.

«Alors, oui, je dirais, et c’est ce qu’affirment les Nations unies, qu’il s’agit clairement de torture en violation des droits de l’homme», a-t-il ajouté, affirmant que son dossier était «truqué» et qu’il s’agissait d’une «décision politique».

Outre les conditions de détention auxquelles il a été soumis, M. Taylor a souligné qu’il n’y avait pas eu de «privilège avocat-client». Pour pouvoir parler à ses avocats, il était contraint d’écrire ses entretiens avec les procureurs sur une feuille de papier qui portait la mention «communication privilégiée». 

«Cependant, la “communication privilégiée” est une mascarade, car je devais donner ces papiers aux gardiens, qui les copiaient et en faisaient ce qu’ils voulaient», a-t-il dénoncé. 

«Trente minutes plus tard, les documents parvenaient à mes avocats, assis de l’autre côté de la vitre. Vous étiez surveillé par un garde et un interprète qui notait tout. Il n’y avait donc pas non plus de secret professionnel.»

Arab News Japan a contacté le bureau des corrections du ministère de la Justice du Japon pour obtenir une réponse aux allégations de M. Taylor, mais les fonctionnaires se sont abstenus de tout commentaire.

Lorsqu’on lui a demandé si le gouvernement américain avait fait quelque chose pour l’aider, M. Taylor a répondu par la négative. Il a accusé le président américain de l’époque, Donald Trump, et son secrétaire d’État, Mike Pompeo, d’avoir choisi des intérêts stratégiques et commerciaux au détriment des droits de l’un de leurs propres citoyens.

«Trump et Pompeo sont ceux qui nous ont extradés», a affirmé M. Taylor. «Trump se targuait constamment de protéger les anciens combattants. Et le travail numéro un du président des États-Unis, ou de n’importe quelle nation, est de protéger ses citoyens.»

Cela n’a pas été le cas de Michael Taylor ni de son fils, Peter. Les deux hommes ont été arrêtés aux États-Unis en mai 2020 puis extradés vers le Japon afin d’y être jugés pour avoir aidé M. Ghosn à s’échapper.

img 1

«Ils ont aidé les Japonais», a soutenu M. Taylor. «Des rumeurs circulent selon lesquelles il y aurait eu une sorte d’arrangement commercial, qui était une contrepartie pour des destroyers Aegis, des radars Aegis pour le Japon.»

Le système de combat Aegis est un système d’armement naval intégré américain qui utilise des ordinateurs et des radars pour suivre et guider les armes afin de détruire les cibles ennemies. La Force maritime d’autodéfense japonaise dispose actuellement d’une flotte de huit destroyers équipés du système Aegis; elle devrait encore s’agrandir.

M. Taylor a estimé que la demande d’extradition avait été accueillie favorablement par Washington parce que le Japon avait acheté l’équipement militaire Aegis aux États-Unis. 

«Il est tout simplement incroyable que nous soyons extradés pour ce qui, selon les juristes, n’est en rien une violation de la loi», a-t-il observé.

«Pourtant, trois citoyens japonais de Takata, qui sont responsables de la mort de vingt-neuf personnes, n’ont pas été extradés lorsqu’ils ont été inculpés par un tribunal fédéral du Michigan en décembre 2016. Où est la logique?», s’est interrogé M. Taylor.

Ce dernier faisait référence à un scandale qui a impliqué l’entreprise japonaise de pièces détachées automobiles Takata. Dix constructeurs automobiles américains ont rappelé des centaines de milliers de voitures équipées d’airbags potentiellement défectueux fabriqués par l’entreprise.

Les États-Unis ont inculpé trois dirigeants de Takata pour ce scandale en 2017, mais ils n’ont pas ordonné leur extradition. L’entreprise a accepté de payer un milliard de dollars (1 dollar = 0,92 euro) pour mettre fin à l’enquête. Les airbags défectueux sont officiellement responsables d’au moins seize décès.

Malgré la volonté du gouvernement américain de les extrader, lui et son fils, vers le Japon, M. Taylor a déclaré qu’il croyait au karma et qu’il était donc heureux de voir M. Trump récemment inculpé en Géorgie en raison de son rôle présumé dans une conspiration criminelle qui visait à renverser les résultats de l’élection présidentielle de 2020. 

Parmi les personnes que M. Taylor a critiquées dans son entretien exclusif avec Arab News Japan figure M. Ghosn lui-même, dont on peut dire qu’il doit sa liberté à l’ancien Béret vert. 

img 1

M. Ghosn a été arrêté au Japon en 2018. Il a été accusé d’avoir dissimulé ses revenus et d’avoir commis d’autres délits d’entreprise, ce qu’il a nié. Il réside désormais à Beyrouth, où les autorités libanaises refusent d’extrader leurs citoyens et optent plutôt pour un procès local. 

Kenji Yamada, ministre des Affaires étrangères du Japon, a déclaré jeudi à Arab News Japan qu’il avait demandé aux autorités libanaises d’extrader M. Ghosn afin qu’il puisse être jugé à Tokyo.

Les dirigeants japonais ont indiqué à plusieurs reprises que M. Ghosn avait fui le Japon de manière illégale et qu’il devait y retourner pour être jugé par un tribunal japonais.

img 1

Entre-temps, M. Taylor a affirmé que son fils et lui avaient été livrés à eux-mêmes et qu’ils avaient dû débourser des frais juridiques considérables. 

«Mes frais de justice ne sont toujours pas réglés, et ils sont très élevés», a-t-il précisé. «Chaque fois que vous devez faire face à des frais de procédure des deux côtés d’un océan comme celui-là, aux États-Unis et au Japon, ils finissent par s’accumuler de manière impressionnante.»

M. Taylor a toutefois refusé de confirmer les informations qui concernent le paiement que M. Ghosn lui avait promis pour l’aider à s’enfuir du Japon. Selon plusieurs médias, les procureurs japonais ont déclaré que les Taylor avaient reçu 1,3 million de dollars pour leurs services et 500 000 dollars supplémentaires pour leurs frais de justice.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que M. Ghosn était victime ou bourreau dans le procès qui l’opposait à Nissan, M. Taylor a répondu que les faits se passent de commentaires.

«Tout ce que j’ai retenu de cette affaire, c’est qu’elle m’a été présentée comme celle d’un homme torturé au point qu’il ne pouvait même pas, selon le tribunal, parler à sa femme», a précisé Taylor. 

«Essayaient-ils de provoquer un divorce, de briser une famille? Je ne comprends pas cela. Qui fait cela? Quel pays fait cela? Quelle nation civilisée fait cela?»

img 1

M. Taylor s’est entretenu avec Arab News Japan avant la sortie d’une nouvelle série documentaire en quatre parties qui doit être diffusée sur Apple TV le 25 août et qui est présentée comme le premier programme sur l’affaire Ghosn à faire valoir le point de vue des Taylor.

Intitulée «Wanted: The Escape of Carlos Ghosn», elle racontera «l’histoire complète» de l’ex-PDG de Renault-Nissan-Mitsubishi, évoquant son ascension sociale, son arrestation et son évasion. M. Ghosn en personne racontera également sa version des faits.

Inspirée du livre «Boundless» des journalistes du Wall Street Journal Nick Kostov et Sean McLain, la série comprend des interviews et des séquences exclusives avec les principaux acteurs qui ont vécu dans le cercle de M. Ghosn.

Depuis sa libération, M. Taylor s’est employé à redresser la barre. Il travaille actuellement pour une nouvelle entreprise baptisée «Vitamin 1», qui, explique-t-il, produit «une boisson rafraîchissante et saine, pleine de vitamines et d’électrolytes, sans sucre». 

M. Taylor a indiqué qu’il prévoyait de commencer à produire la boisson à Dubaï avec la National Food Company des Émirats arabes unis. «J’ai hâte de servir le peuple émirati», a-t-il ajouté.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button