International

Pays-Bas: Un Coran déchiré lors d’une manifestation d’extrême … – Arabnews fr


DUBAÏ : Youssef Bayrakdar avait 19 ans lorsqu’en mars 2012, lui et sa famille furent contraints de quitter leur maison à Homs, à peine un an après le début du conflit en Syrie. Sa sœur, son mari, leurs enfants et tous les habitants de leur immeuble avaient été tués par des miliciens.

Après cinq jours, les familles endeuillées furent enfin autorisées à sortir leurs morts pour les enterrer. «Les milices ont continué de tuer et ont totalement éradiqué près de 25 quartiers et massacré 100 familles», a raconté Bayrakdar à Arab News.

Lui et sa famille survivante ont fui à la campagne, où ils sont restés jusqu’en 2015. Cependant, la guerre les a rattrapés, avec des roquettes qui tombaient près de chez eux. Alors que ses parents ont choisi de retourner en ville, Bayrakdar et ses deux frères et sœurs ont choisi de devenir politiquement actifs.

Des migrants d’Afrique, échoués sur le rivage à la frontière libyo-tunisienne à Ras Jedir, implorent d’être sauvés d’une zone désertique entre la Libye et la Tunisie le 26 juillet, des semaines après que les autorités tunisiennes les aient prétendument abandonnés là-bas, démunis de tout (Photo, AFP).

«Aujourd’hui, nous trois vivons dans la partie nord d’Alep (qui n’est pas sous le contrôle du gouvernement) et nous ne pouvons pas rendre visite à nos parents», a-t-il dit. «Je crois vraiment que nous ne les reverrons plus jamais.»

Bayrakdar fait partie des millions de personnes à travers le monde qui ont été déplacées par les conflits, les persécutions, les catastrophes naturelles ou le manque d’opportunités économiques.

Selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés, le HCR, depuis le début de la crise en 2011, 13 millions de personnes en provenance de Syrie ont fui leurs régions d’origine ou de résidence habituelle pour chercher refuge dans d’autres parties de leur pays, dans des pays voisins ou dans d’autres pays. 

Environ 5,6 millions de Syriens ont cherché refuge à l’étranger, tandis que 6,9 millions de personnes sont toujours déplacées à l’intérieur du pays. Bien que certains réfugiés syriens soient depuis retournés chez eux, les agences d’aide ont eu du mal à préciser les chiffres exacts. 

Bien que la Syrie reste la principale source de personnes déplacées, elle est suivie de près par l’Ukraine, l’Afghanistan, le Venezuela, le Soudan du Sud et le Myanmar.

«Environ 52% de tous les réfugiés et autres personnes ayant besoin de protection internationale proviennent de seulement trois pays : la Syrie (6,5 millions), l’Ukraine (5,7 millions) et l’Afghanistan (5,7 millions)», a déclaré Matthew Saltmarsh, responsable des nouvelles et des médias au HCR, à Arab News.

«Mais bien sûr, il y a pleins d’autres pays, notamment le Soudan, le Soudan du Sud, le Venezuela et le Myanmar.»

En effet, la violence persistante au Soudan, qui a débuté le 15 avril, a contraint environ 4,3 millions de personnes à fuir leur domicile. Plus de 3,2 millions sont déplacées à l’intérieur du pays, 900 000 ont fui vers les pays voisins et 195 000 citoyens Sud-Soudanais ont été contraints de rentrer chez eux, selon le Comité international de la Croix-Rouge.

Déstabilisation

La crise humanitaire qui en résulte risque de déstabiliser la région plus large, car plusieurs pays frontaliers du Soudan ont eux-mêmes enduré des décennies de conflits, d’instabilité politique et économique, de faim et de sécheresse, et ont besoin de soutien international.

«Il est important de signaler que le Soudan connaissait déjà un lourd déplacement interne et une crise des réfugiés avant le début du conflit actuel, car il hébergeait déjà plus d’un million de réfugiés déplacés en raison des conflits dans les pays voisins», a déclaré Imene Trabelsi, porte-parole régionale du CICR, à Arab News.

Selon les données des Nations unies, près de 110 millions de personnes dans le monde sont actuellement classées comme déplacées, soit le double du nombre il y a seulement une décennie.

Selon Saltmarsh, les conflits multiples en cours, notamment la guerre en Ukraine, ainsi que les bouleversements causés par le climat, entrainent un nombre accru de déplacements :  les personnes sont déracinées de leurs foyers et sont souvent contraintes de braver des itinéraires dangereux pour afin une relative sécurité. 

«Parfois, il semble que les humains aient plus de facilite à se battre qu’à rechercher la paix», a-t-il ajouté. «Soit la communauté internationale s’unie pour agir pour résoudre cette tragédie humaine, résoudre les conflits et trouver des solutions durables, soit cette terrible tendance se poursuivra.»

«Nous avons besoin d’une action urgente, immédiate et collective pour traiter les causes profondes et les conséquences du déplacement.»

Il existe certaines exceptions notables à ce tableau sombre, des pays et des communautés qui travaillent ensemble pour trouver des solutions permettant aux réfugiés d’être réinstallés et leur  offrant des opportunités pour construire des moyens de survie durables, ou les aidant à retourner volontairement dans leurs pays d’origine.

Cependant, les agences d’aide humanitaire estiment que les gouvernements n’en font tout simplement pas assez pour promouvoir la paix par la diplomatie, laissant les conflits ainsi que les déplacements massifs se poursuivre sans relâche.

«La communauté internationale peut faire beaucoup pour prévenir les guerres et les arrêter», a déclaré Karl Schembri, conseiller en communication pour l’Afrique de l’Est et le Yémen au Conseil norvégien pour les réfugiés, à Arab News.

«La boîte à outils des diplomates offre de multiples instruments qui, dans divers contextes, permettent d’exercer une pression sur les parties en conflit et de les rendre responsables. La prolifération de conflits ne reflète pas tant les possibilités d’action que les degrés d’engagement politique.»

«Les pays plus riches, qui sont eux-mêmes engagés dans des guerres, peuvent fournir tout le financement nécessaire pour aider les personnes déplacées et les victimes de ces catastrophes causées par l’homme.»

1
Des migrants sud-asiatiques secourus par la garde nationale tunisienne lors d’une tentative de traversée de la Méditerranée en bateau se reposent au port d’El-Ketef à Ben Guerdane, dans le sud de la Tunisie, près de la frontière avec la Libye, le 24 juin 2021. La Tunisie et la Libye sont des points de départ clés pour les migrants qui tentent la traversée périlleuse de la côte nord-africaine vers l’Europe, notamment l’Italie (Photo, AFP).

Schembri a déclaré que son organisation, le CNR, ainsi que d’autres agences humanitaires travaillent partout où la situation de sécurité leur permet d’opérer pour fournir une gamme d’assistance, de l’aide financière et juridique à l’abri, la nourriture, l’eau et l’éducation.

D’autres agences humanitaires aident les personnes déplacées à renouer les liens avec leurs familles après avoir été séparées. Depuis juillet, par exemple, le CICR a réuni 558 réfugiés soudanais, qui ont fui au Tchad, avec leurs proches restés chez eux.

Cependant, avec les bailleurs de fonds appelés à répondre à autant de crises simultanées à travers le monde, le financement en diminution constitue de plus en plus un défi pour les efforts humanitaires. Jusqu’à ce que des solutions soient trouvées, les responsables des agences d’aide ont déclaré que les gouvernements doivent offrir aux réfugiés un passage sûr et légal.

«Mise en place d’un mécanisme régional»

«Les pays plus riches peuvent mettre la sécurité et la solidarité au cœur de leurs politiques», a déclaré Saltmarsh. «Si vous regardez la Méditerranée – qui est dans les actualités en ce moment – des efforts collectifs, notamment une coordination accrue entre tous les États méditerranéens, la solidarité et le partage des responsabilités sont essentiels pour sauver des vies.»

«Cela inclut la mise en place d’un mécanisme régional d’accostage et de redistribution convenu pour les personnes arrivant par la mer, que nous continuons de préconiser. Le devoir de secourir les personnes en détresse en mer sans délai est une règle fondamentale du droit maritime international.»

«Il est également important de créer plus de voies sûres pour les personnes contraintes de fuir les conflits et les persécutions, tout en réprimant les passeurs et ceux qui profitent du chaos des mouvements humains. La dernière étape consiste à créer des conditions dans les pays d’origine qui dissuadent les gens de recourir à des voyages périlleux pour chercher la sécurité.»

Selon le projet Missing Migrants de l’Organisation internationale pour les migrations, 1 166 personnes sont mortes ou ont disparu en tentant de traverser la mer Méditerranée pour se rendre en Europe entre le début de cette année et le 9 juin.

«Les politiques ont échoué à traiter les causes profondes de la migration, telles que la pauvreté et le manque d’emplois», a déclaré Ahmed Bayram, conseiller régional en médias et en communication pour le CNR à Amman, à Arab News.

«Personne ne veut quitter son domicile, et la communauté internationale doit sérieusement réfléchir à ce qui force les gens à prendre de telles décisions.»

« Je dirais que la communauté internationale n’a pas tout fait pour empêcher les guerres de durer des années. Les dynamiques politiques se sont déroulées dans toutes les zones de conflit de manière à alimenter davantage les guerres.»

« En tant qu’agence d’aide humanitaire, nous examinons ce qui a été fait pour aider les personnes touchées. Le nombre de réfugiés est le plus élevé jamais enregistré. Les répercussions de la guerre et du changement climatique se propagent dans les communautés touchées – catastrophes, conditions de sécheresse, pauvreté et manque d’emplois et d’opportunités éducatives. L’impact se fera sentir pendant des générations à venir. »

Selon Bayrakdar, qui a passé toute sa vie adulte en tant que personne déplacée, seule une action concertée de la communauté internationale pour résoudre la guerre civile syrienne de 12 ans permettra aux familles de se réunir et aux communautés de guérir.

«Nous pensons toujours à aider les déplacés, et ne parlons pas d’arrêter le déplacement, ou d’examiner les raisons pour lesquelles cela s’est produit», a-t-il déclaré à Arab News.

«Arrêter le déplacement peut se faire en éliminant ses raisons. (Cependant), les politiciens (au sein de la communauté internationale) ne ressentent pas la douleur que nous ressentons. Ils n’ont pas perdu leurs proches comme nous l’avons fait.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabenws.com



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button