Droit international

Niger: les militaires ouest-africains réunis au Ghana, la santé de … – Arabnews fr


NAIROBI: Dans la vaste étendue semi-aride du Sahel de l’Afrique de l’Ouest, une série de coups d’État militaires a porté un coup dur à la stabilité politique et à la transformation démocratique de la région et a consacré une nouvelle ère d’incertitude et d’insécurité.

Le coup d’État du 26 juillet au Niger, le dernier en date dans la région, au cours duquel la garde présidentielle a chassé le président démocratiquement élu, Mohamed Bazoum, a été rapidement condamné par la communauté internationale, notamment par l’Union africaine et par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

Le président nigérien Mohamed Bazoum, que l’on voit ici s’adresser à la 77e session de l’Assemblée générale des nations unies, le 22 septembre 2022, est en détention depuis que des gardes présidentiels l’ont renversé, à la fin du mois dernier. (Reuters/photo fichier).

Des sanctions ont été prises à l’encontre de la nouvelle junte au pouvoir, dirigée par le général Abdourahamane Tchiani, mais les espoirs de voir revenir Bazoum au pouvoir s’amenuisent de jour en jour.

Le coup d’État a soulevé des questions sur la viabilité des transitions démocratiques en Afrique et sur la trajectoire des mouvements politiques dans la région.

La réalité, troublante, est que ces prises de pouvoir militaires ont fait dérailler les progrès démocratiques que de nombreuses nations africaines avaient laborieusement accomplis au cours de plusieurs décennies.

Avant cette récente vague de coups d’État, le continent semblait s’acheminer vers un régime civil doté d’institutions démocratiques et d’un système plus responsable et participatif. Ces acquis durement gagnés paraissent aujourd’hui menacés.

niamey
Les combattants du Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, que l’on voit sur cette photo publiée en août 1971, ont entamé une rébellion armée depuis 1956 pour l’indépendance de la République de Guinée-Bissau, une colonie portugaise. (Xinhua/AFP)

Après une baisse du nombre de coups d’État en Afrique depuis 2000, le Mali est devenu une exception avec la prise du pouvoir par les militaires en 2020.

Cependant, l’année 2021 a connu une augmentation significative de prises de pouvoir militaires, avec des coups d’État ou des tentatives au Tchad, en Guinée, au Soudan et au Niger. En 2022, cinq tentatives de coup d’État ont eu lieu, dont deux ont été couronnées de succès au Burkina Faso.

Les implications de ces événements dépassent les frontières des pays concernés. Elles provoquent une onde de choc sur l’ensemble du continent et suscitent des inquiétudes quant à la fragilité de la gouvernance démocratique en Afrique face à plusieurs menaces existentielles.

La communauté internationale s’attend désormais, avec un sentiment mélangé de consternation et d’appréhension, à ce que les interventions militaires deviennent plus fréquentes, ce qui met en doute la stabilité à long terme de nombreuses nations africaines.

Alors que les pays voisins et les institutions régionales doivent affronter les conséquences de ces coups d’État, il est essentiel de comprendre les défis singuliers qui attendent les nations africaines, en particulier celles de la région du Sahel.

Les experts estiment qu’il est important de s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité politique, telles que les disparités socio-économiques, les menaces sécuritaires et l’héritage historique. Ils considèrent en outre que la coopération régionale et internationale doit jouer un rôle essentiel dans le soutien au rétablissement de la gouvernance démocratique et dans la prévention d’interventions militaires.

«Les récents coups d’État observés en Afrique sont orchestrés par des militaires opportunistes qui exploitent les vulnérabilités d’institutions faibles ainsi que les conditions de vie très précaires de leurs nations», explique à Arab News Gbenga Erin, un analyste de la Cédéao qui vit au Nigeria.

niamey
Depuis que les pays d’Afrique de l’Ouest ont accédé à l’indépendance, le sous-développement économique et les griefs attribués par certains à la domination coloniale ont contribué à des coups d’État militaires successifs. (Fichier AFP).

Sur l’ensemble du continent, il existe un large consensus sur le fait que la démocratie offre la structure de gouvernance la plus favorable et qu’elle mérite d’être sauvegardée, ajoute-t-il.

Néanmoins, les problèmes persistants du terrorisme, de la corruption, de la médiocrité des infrastructures et de divers obstacles socio-économiques ont pour conséquence qu’une grande partie de la population africaine a essentiellement connu des degrés variés de privation.

Ces problèmes ont toujours servi de prétexte aux auteurs de coups d’État.

Les tendances démographiques ne font qu’amplifier ces défis. Le Niger est le pays dont la population croît le plus rapidement au monde – à un rythme supérieur à 3% par an.

La région du Sahel, où se déroulent ces incidents, compte actuellement environ 354 millions d’habitants, et la population de certains de ces pays devrait doubler, au minimum, d’ici à 2050.

D’ici là, l’Afrique comptera 40% de la population mondiale des jeunes âgés de 15 à 24 ans, ce qui entraînera dans les écoles et les universités une augmentation de la taille des classes qui dépassera la formation des enseignants.

Par conséquent, les jeunes entrent sur le marché du travail à un rythme bien supérieur à celui de la croissance des emplois disponibles.

Infographie tirée du document de discussion du groupe de la Banque mondiale, août 2016.

Les analystes estiment que l’incapacité des gouvernements régionaux à répondre aux attentes fondamentales de leurs populations telles que l’emploi, la sécurité physique, l’éducation et les soins de santé a contribué à la récente vague de coups d’État militaires.

«Les populations locales de ces pays attendent souvent beaucoup de l’amélioration de la gouvernance, du développement économique et de la sécurité», confie à Arab News Ovigwe Eguegu, analyste politique qui vit au Nigeria.

«En revanche, lorsque ces attentes ne sont pas satisfaites, le gouvernement en place peut susciter de la frustration, ce qui conduit certains à soutenir les interventions militaires qui promettent un changement.»

Alex de Waal, chercheur britannique spécialisé dans la politique des élites africaines, a fait valoir dans un article récent pour The New York Times que la réponse des pays développés était loin d’être adéquate.

niamey
Un marchand ambulant attend des clients à Niamey, au Niger, le 14 août 2023. (Photo AP)

Selon lui, de nombreux pays d’Europe et du Moyen-Orient se sont plutôt concentrés sur la dissuasion des migrants de quitter l’Afrique plutôt que sur la création d’emplois qui les encourageraient à rester.

L’évaluation des progrès démocratiques en Afrique révèle un tableau contrasté de réussites et d’échecs. Malgré certaines avancées, le continent fait souvent un pas en avant et deux pas en arrière.

Des élections régulières coexistent avec des reculs démocratiques, l’institutionnalisation des partis politiques avec une corruption endémique, les libertés politiques avec des contraintes et des inégalités.

«Un grand nombre de ces gouvernements n’assurent pas les prétendus bénéfices de la démocratie tels que la sécurité, la prospérité économique, la protection des vies et des biens», indique à Arab News le Nigérian Christopher Ogunmodede, expert en affaires étrangères.

«Il ne suffit pas de faire la morale aux gens en leur expliquant pourquoi la démocratie est parfaite, etc. Les gens estiment volontiers qu’ils devraient avoir un gouvernement civil […], mais ils sont aussi convaincus que si les gouvernements civils ne fonctionnent pas, ils devraient être démis de leurs fonctions très rapidement.»

Pour Fidel Amakye Owusu, analyste ghanéen spécialiste des relations internationales et de la sécurité, les démocraties africaines doivent se réformer si elles veulent réussir.

«Les pays africains ont un besoin urgent de réformes pour renforcer la confiance et la légitimité des élections, alors que la corruption demeure un problème critique». Toutefois, seuls les gouvernements démocratiques sont en mesure d’améliorer la situation sur le terrain et de lutter contre l’extrémisme, précise-t-il à Arab News.

Cet homme se trouve devant un magasin situé dans la banlieue de Niamey, au Niger, le 14 août 2023. Les prises de pouvoir au Sahel sont liées à l’incapacité de nombreux gouvernements de la région d’assurer les prétendus bénéfices de la démocratie tels que la sécurité, la prospérité économique et la protection des vies et des biens. (AF/fichier)

Dans le même temps, les conditions dans lesquelles l’opposition politique peut demander des comptes aux partis au pouvoir n’ont pas toujours été propices au maintien de l’ordre politique démocratique, ce dont les acteurs armés peuvent tirer parti.

Par exemple, avant le coup d’État au Niger, la participation démocratique était relativement restreinte, explique M. Ogunmodede. Ce dernier évoque le cas du mouvement M26, qui était composé de plusieurs groupes de la société civile.

En 2022, le M26 a été empêché d’organiser une manifestation contre l’opération Barkhane, une mission française de contre-insurrection dans la région du Sahel, ce qui l’a contraint à se limiter à une campagne sur les médias sociaux.

niamey
Des partisans de la junte nigérienne participent à une manifestation devant une base de l’armée française à Niamey, au Niger, le 11 août 2023. Les restrictions imposées aux groupes de la société civile nigérienne les auraient incités à soutenir le complot des militaires qui visait à renverser le gouvernement démocratiquement élu du pays. (Reuters/Mahamadou Hamidou).

Les analystes estiment que les réseaux sociaux ont permis la diffusion de fausses informations et de désinformations au sujet de la situation sécuritaire, sapant ainsi la confiance dans les institutions démocratiques de la région.

Alors que les commentateurs des médias sociaux affirment que la situation sécuritaire ne s’améliore pas, les experts considèrent que les opérations de lutte contre l’extrémisme menées par le Niger sont globalement plus efficaces que celles des autres pays de la région.

Beatrice Bianchi, experte du Sahel auprès de la Fondation Med-Or, un groupe de réflexion italien, qualifie les réseaux sociaux de «vecteurs de désinformation» dans les pays du Sahel. «Cela a augmenté les tensions, en particulier chez les jeunes, et cela a radicalisé les gens», explique-t-elle à Arab News.

Après avoir assisté au coup d’État dans la capitale Niamey, Mme Bianchi estime que les manifestations de soutien à la junte ne peuvent être considérées comme représentatives de la majorité de la population.

«La junte a violemment écrasé les manifestants anti-coup d’État puis elle a appelé d’autres personnes à venir les soutenir. Il ne s’agissait pas de manifestations spontanées au départ», indique-t-elle.

niamey
Les forces de sécurité nigériennes lancent des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants en faveur de la junte qui s’étaient rassemblés devant l’ambassade de France à Niamey, le 30 juillet 2023. (Reuters).

Par ailleurs, jouer la carte de l’anticolonialisme peut être un outil politique très efficace, souligne M. Eguegu, car «l’héritage du colonialisme continue de ponctuer les discours dans tous ces pays».

«La lutte pour la décolonisation, associée aux inquiétudes relatives à l’influence étrangère, est un facteur important dans le paysage politique, tandis que la présence d’installations militaires étrangères destinées à combattre les extrémistes, les intérêts géopolitiques et les stratégies de sécurité régionale ajoute à la complexité de la situation», estime M. Eguegu.

Malgré les turbulences politiques observées en Afrique de l’Ouest, M. Owusu, l’expert ghanéen, insiste sur le fait que «le destin de l’Afrique est lié à celui de ses démocraties» et que «les peuples du continent méritent des dirigeants qui accordent la priorité à leur bien-être, promeuvent une gouvernance responsable et défendent les principes de la démocratie».

Par conséquent, la résurgence des coups d’État militaires nous rappelle de manière brutale que ces idéaux ne sont pas encore pleinement réalisés et qu’un effort commun est nécessaire pour protéger et nourrir les aspirations démocratiques des nations africaines.

C’est à cette condition que nous pourrons garantir que l’avenir du continent sera fait de progrès, de prospérité et d’une véritable représentation démocratique.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button