Météo

Starbucks défend sa croissance à grande échelle – Morningstar


Starbucks (« Wide Moat ») est l’une des marques de restauration les plus reconnues au monde, exploitant près de 36 000 magasins dans plus de 80 pays à la fin de l’exercice 2022.

L’entreprise opère trois segments d’activité : l’Amérique du Nord, les marchés internationaux et le développement de canaux (épicerie et boisson prête à boire). La chaîne de café génère des revenus provenant des magasins exploités par l’entreprise, des redevances, des ventes d’équipements et de produits aux partenaires sous licence, des boissons prêtes à boire, des ventes de café emballé.

Thèse d’investissement

Starbucks est la plus grande chaîne de cafés de spécialité au monde, générant 32 milliards de dollars de ventes au cours de l’exercice 2022.

L’attention portée par l’entreprise au café de qualité supérieure la distingue des concurrents, atténuant la pression des comparables dans la restauration rapide et de la consommation à domicile tout en soutenant une hausse substantielle prix pour ce qui a toujours été un produit banalisé.

Ce positionnement nous semble de plus en plus important à l’avenir, car les machines à café distributrices et à portion individuelle continuent de s’améliorer dans le bas de gamme du marché.

Alors que le sous-secteur a attiré la concurrence, le cachet de Starbucks a permis à l’entreprise de dépasser ses concurrents, tirant parti de sa marque pour augmenter les prix de 7,4 % par an aux États-Unis au cours des cinq dernières années, dépassant largement l’inflation de la catégorie.

Des périodes de retour sur investissement de l’ordre de deux ans (contre trois à six ans dans l’espace plus large de la restauration rapide) devraient ouvrir la voie à une croissance unitaire moyenne à un chiffre jusqu’en 2032, à notre avis, alors que l’entreprise augmente sa pénétration dans ses principaux marchés (États-Unis et la Chine), et avec ses partenaires sous licence dans plus de 80 marchés mondiaux.

Les priorités à court terme de Starbucks, telles qu’elles sont décrites dans son plan de réinvention, nous paraissent prudentes : investir dans l’expérience en magasin, recalibrer les magasins pour mieux répondre aux besoins d’un consommateur de plus en plus hors site et mettre l’accent sur une expérience client cohérente sur l’ensemble des canaux tactiles omnicanaux.

Avec plus de 70 % des ventes réalisées via les canaux des « drives », de livraison et de commande et de paiement mobiles de l’entreprise, une attention accrue aux systèmes de back office et à la capacité de traitement de la demande semble pertinente.

Les investissements continus de l’entreprise dans son programme de fidélité, avec près de 31 millions d’utilisateurs actifs aux États-Unis, trouvent clairement un écho auprès d’un public de plus en plus réceptif aux commandes numériques, avec plus de 57 % du volume des commandes aux États-Unis désormais venant des participants au programme.

Nous continuons de croire que Starbucks reste une histoire convaincante de « croissance à grande échelle » à long terme, nos prévisions anticipant une croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires et du résultat net de 9 % et 14 % jusqu’en 2032, respectivement.

Juste valeur

Nous avons abaissé notre estimation de la juste valeur de Starbucks de 104 à 103 dollars ($) contre 104 $ après avoir revu nos prévisions de croissance des ventes des magasins comparables du segment nord-américain (à 6,1 % au cours des trois prochaines années, contre 6,6 %), reflétant un déploiement plus lent que prévu de les rénovations du système Siren de l’entreprise et la pression macroéconomique continue sur le plus grand marché américain de l’entreprise.

La chaîne a enregistré de solides bénéfices au troisième trimestre, avec un effet de levier sur les marges qui a conduit la direction à réitérer son objectif de croissance du BPA ajusté de 15 % à 20 % pour l’exercice 2023, que nous considérons comme réalisable.

Ses ventes de 9,17 milliards de dollars et son BPA ajusté de 1,00 $ ont atteint et dépassé nos estimations de 9,17 milliards de dollars et 0,88 $, respectivement, avec une croissance solide (10 %) des ventes mondiales des magasins comparables.

Bien que nous continuions à considérer l’entreprise comme bien positionnée pour naviguer dans l’environnement actuel, nous avons du mal à la voir atteindre ses objectifs de ventes de magasins comparables de 7 % à 9 % sur trois ans, car le trafic de l’industrie reste sous pression (en baisse d’environ 2 % par rapport au dernier trois mois, par Revenue Management Solutions).

Notre évaluation implique un ratio cours/bénéfice (P/E) 2024 de 22 fois et un multiple EV/EBITDA 2024 de 15 fois.

Les principales sensibilités, cohérentes avec le reste du secteur des restaurants, incluent la croissance du volume des transactions, les augmentations de prix et les ouvertures de nouvelles unités sur le chiffre d’affaires, avec l’inflation des coûts, le levier d’exploitation et les coûts de location jouant sur les marges d’exploitation.

Notre modèle inclut une croissance annuelle moyenne du chiffre d’affaires de 9 % jusqu’en 2032, avec un BPA ajusté croissant à un rythme annuel de 14 %.

Selon nos prévisions, Starbucks continuera de dépasser le marché mondial du café, atteignant son objectif de 55 000 magasins d’ici 2029 (un an avant les prévisions de la journée des investisseurs 2020 de la société).

Cette estimation est étayée par une croissance unitaire moyenne à deux chiffres en Chine jusqu’en 2032, reflétant une piste massive de développement d’unités sur ce marché.

Nous considérons que les attentes de gains de parts de marché à long terme sont justifiées, compte tenu à la fois de la domination historique de l’entreprise dans la catégorie mondiale du café, des gains de parts de marché au cours des 10 dernières années et de sa capacité à continuer à investir tout au long du cycle dans un contexte où nombre de ses pairs se retirent des investissements non essentiels.

Du côté des coûts, nous prévoyons une très modeste expansion de la marge brute jusqu’en 2032 (amélioration de 70 points de base sur cette période), notre estimation de la marge opérationnelle de 2032 de 20 % reposant sur un effet de levier modeste sur les frais généraux et les salaires, parallèlement à un redressement des marges des restaurants détenus en propre.

 

© Morningstar, 2023 – L’information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d’information UNIQUEMENT. Il n’a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l’opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L’information de ce document ne devrait pas être l’unique source conduisant à prendre une décision d’investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d’investissement.



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button