Politique

« Harcèlement scolaire » : l’angélisme comme politique d’Etat, par … – Le Courrier des Stratèges


Faut-il prescrire un changement d’établissement au harcelé ou au harceleur ? Voilà les graves questions que se pose le gouvernement français, tout à sa grande cause nationale : éradiquer la méchanceté des enfants.


Ce qui, pendant des siècles, a empêché la culture judéo-chrétienne d’en arriver à une impasse du type Gabriel Attal, c’est le mythe du péché originel, qui donnait une formulation théologique à cette évidence de bon sens : le mal existe dans le monde, irrémédiablement. Les vieillards ne résistent pas toujours à la grippe ; les étés sont souvent trop chauds, les hivers, trop froids ; les enfants, entre eux, sont souvent méchants. Et les hommes – pour faire pleurer Kevin Bossuet – continuent à trouver certaines femmes plus désirables que d’autres.

Sous les gouvernements angélistes d’E. Macron, tous ces malheurs auxquels notre espèce survit depuis des milliers d’années par voie d’adaptation, pour la première fois dans l’histoire humaine, deviennent objets de politiques publiques : la « canicule tardive », via le mythe climatiste, devient une question politique, comme la grippe trois ans plus tôt ; et la méchanceté de beaucoup d’enfants à l’égard de leurs petits camarades devient « le harcèlement », concept insaisissable, subsumant une masse de comportements certes désagréables, mais anodins, et qui, dans leur immense majorité – quand bien même leurs auteurs seraient majeurs – ne seraient pas caractérisables en droit pénal.

Prochain décret Attal : toutes les femmes seront également désirables

Le virus s’était infiltré dans le logiciel chrétien dès avant la sécularisation, via le courant pélagianiste, dont la traduction philosophique sera le bon sauvage de Rousseau.

C’est d’ailleurs très pratique, pour les dirigeants d’un pseudo-Etat non-souverain, d’adopter cette perspective néo-religieuse, tournant à 180° le dos à la réalité, pour alimenter l’illusion d’une action gouvernementale qui a en réalité totalement disparu du fait de la révolution oligarchique : les décisions industrielles, militaires etc., ça se passe à Davos. Les « ministres du gouvernement » vont s’occuper de créer un monde exempt de méchanceté, où plus aucun vieillard ne meurt (sauf euthanasie).

Le « remède » envisagé – aux antipodes de toute culture masculine de la confrontation/négociation –, c’est : envoyer le méchant dans une autre école. Lequel rappelle forcément la propagande belliciste des femmes blanches de plateau télé, qui, au nom de leur « ordre fondé sur des règles », voudraient prier la Russie de changer de continent.



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button