Problèmes sociaux

L’Arkansas dissuade ses lycéens d’étudier l’histoire des Afro … – Slate.fr


Deux jours avant le 14 août, date de rentrée des classes pour de nombreux lycées publics de l’Arkansas, le département de l’Éducation de l’État a annoncé à ses lycées qu’il n’accorderait pour cette nouvelle année scolaire pas de crédits pour le cours portant sur l’histoire des Afro-Américains. The Guardian revient sur cet événement qui en a stupéfié plus d’un.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter quotidienne de Slate.fr et ne ratez plus aucun article!

Je m’abonne

Une matière susceptible d’«endoctriner les élèves»

Le département affirme que ce cours représenterait une enfreinte au Learns Act, une loi promulguée au printemps par l’État de l’Arkansas visant à réformer le système éducatif. Cette dernière limite le programme sur divers sujets, notamment les questions de genre et d’orientation sexuelle, ou toute autre matière qui pourrait «endoctriner les élèves avec des idéologies, telles que la théorie critique de la race».

Les responsables du département ont ainsi déclaré dans un communiqué: «La loi de l’Arkansas contient des dispositions concernant les sujets interdits. Sans clarté, nous ne pouvons approuver un programme qui pourrait mettre involontairement un enseignant en danger de violer la loi [de l’État].»

April Reisma, présidente de l’Arkansas Education Association, s’indigne: «Retirer ce cours à nos étudiants fait écho à des mouvements de marginalisation similaires qui se sont produits dans d’autres États.» Elle fait référence à l’État de Floride qui a, sous la gouvernance du Républicain Ron DeSantis, banni le cours en janvier 2023 sous motif qu’il «manquait de valeur éducative».

Une décision «abjecte»

Le président de la NAACP, National Association for the Advancement of Colored People (Association nationale pour la promotion des gens de couleur, en français), Derrick Johnson, qualifie la décision d’«abjecte». Il précise: «Les attaques continues de l’État à l’encontre de l’histoire des Noirs sont antidémocratiques et régressives»; «Ces politiciens sont déterminés à négliger les jeunes de notre nation au service de leurs propres agendas politiques: c’est la triste réalité.»

Pour les lycées qui souhaitent malgré tout conserver la matière, les responsables du département de l’Éducation ont annoncé que l’État ne couvrirait pas les frais d’examen, chose qu’il fait pourtant habituellement pour les autres cours.

L’enseignement en question, que deux lycées avaient déjà proposé l’année dernière, devait s’étendre à quatre autres écoles cette année, dont un lycée de la ville de Little Rock, épicentre de la déségrégation en 1957.

Cette mesure n’est pas la première de la sorte mise en place dans le pays. Le 19 juillet 2023, le conseil de l’éducation de Floride avait déjà approuvé une règlementation concernant ce cours. Elle modifiait son contenu, imposant des séquences sur les supposés bienfaits de l’esclavage, ou encore sur les prétendus «actes de violence perpétrés par les Africains-Américains».



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button