Organisations internationales

Poutine et la Corée du Nord ambitionnent une coopération accrue – Arabnews fr


WASHINGTON: Donald Trump compte ses inculpations, Joe Biden s’affiche en train de compter les usines d’éoliennes, les créations d’emplois, les investissements… Et surtout, le président démocrate se garde bien de commenter les ennuis judiciaires de son grand rival.

Mardi, au lendemain d’une nouvelle inculpation visant le milliardaire républicain, le président américain se rend dans le Wisconsin (nord), pour vanter sa politique économique et sociale.

Joe Biden, qui à 80 ans brigue un second mandat, doit visiter une usine qui croule sur les commandes de turbines d’éoliennes et qui se lance dans la fabrication de stations de chargement pour voitures électriques. A la clé: 100 emplois créés dans cet Etat qui sera décisif lors de la présidentielle de l’an prochain.

Laquelle présidentielle s’annonce pour l’heure comme le match retour du scrutin de 2020, qui avait opposé Joe Biden à Donald Trump, et que l’ancien président républicain n’a jamais accepté d’avoir perdu.

Ce refus de la défaite lui vaut l’inculpation annoncée lundi en Géorgie: il est accusé, avec 18 autres personnes, d’avoir tenté d’inverser le verdict des urnes dans cet Etat du Sud.

 

Muet 

Joe Biden devrait rester mardi obstinément muet sur le sujet. Du moins c’est la stratégie qu’il a adoptée depuis la première des quatre mises en accusation de son rival, à New York, au printemps, dans une affaire de paiement d’une actrice de cinéma porno.

Le président américain sait que le moindre commentaire de sa part serait immédiatement récupéré par les républicains qui l’accusent d’instrumentaliser la justice contre Donald Trump.

Depuis le début de l’été le démocrate, déjà peu friand de contacts avec les journalistes en temps normal, les évite soigneusement.

Finies les brèves questions-réponses au pied de l’avion ou au détour d’une promenade en vélo. Joe Biden s’en tient à des discours bien rodés sur ses grandes lois d’investissement, en particulier le “Inflation Reduction Act” (IRA), signé le 16 août 2022.

Le texte, qui doit son nom à la flambée des prix que connaissait le pays lors de sa signature, est un gigantesque programme d’incitations et de subventions pour la transition énergétique. L’exécutif américain estime que ce dispositif a déjà généré 110 milliards de dollars d’investissements privés.

Pendant que Donald Trump compte les charges pesant sur lui, la Maison Blanche compte – c’est à peine une caricature – les panneaux solaires, les éoliennes, les créations d’emplois.

“Rien que dans le Wisconsin, le secteur privé a promis plus de trois milliards de dollars d’investissements dans des usines et des énergies vertes depuis que le président Biden a prêté serment”, assure ainsi la Maison Blanche mardi.

 

«Sens de l’honneur»

Dans sa campagne pour 2024, Joe Biden se doute bien que ce message ne fera pas autant de bruit que les inculpations de Donald Trump.

Mais le démocrate fait le pari qu’il finira par profiter de la robustesse de l’économie américaine, laquelle défie jusqu’ici les pronostics de récession.

Histoire de bien se distinguer de son rival, Joe Biden ne veut pas faire de vagues. Il est également resté muet la semaine dernière après la nomination d’un procureur spécial pour enquêter sur son fils cadet Hunter, aux prises avec la justice et accusé par la droite d’avoir fait des affaires douteuses à l’étranger.

L’annonce a d’ailleurs été rapidement éclipsée par la perspective de l’inculpation de Donald Trump en Géorgie.

Le président américain affiche une cote de confiance maigrelette. Les Américains ne sont pas convaincus de son programme économique et sont rebutés par son âge – Joe Biden aurait 86 ans à la fin d’un second mandat.

Joe Biden, du haut de ses quatre décennies de carrière politique, parie cependant que le temps joue pour lui, tout comme le contraste entre sa personnalité et celle de Donald Trump.

Dans une rencontre la semaine dernière avec des donateurs démocrates, il disait vouloir rétablir dans la vie politique américaine “le sens de la dignité. Juste le sens de l’honneur.”



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button