Sécurité internationale

Vers une “relation stratégique” entre la Russie et la Corée du Nord? – Zone Militaire


Lors de son récent déplacement à Pyongyang pour assister aux commémorations du 70e anniversaire de la signature de l’armistice ayant mis un terme aux combats de le guerre de Corée [25 juin 1950 – 27 juillet 1953], le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, avait qualifié la Corée du Nord de « partenaire important » pour Moscou. Et cela alors que les États-Unis venaient d’accuser les forces russes de recevoir des munitions de facture nord-coréenne dans le cadre de la guerre en Ukraine.

Mais cette relation entre Moscou et Pyongyang va-t-elle franchir un nouveau palier dans les semaines ou les mois à venir? Visiblement, le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, le souhaite.

« Je suis convaincu que nous allons continuer à renforcer la coopération bilatérale dans tous les domaines pour le bien de nos peuples et dans l’intérêt de renforcer la stabilité et la sécurité sur la péninsule coréenne et dans la région de l’Asie du Nord-Est en général », a en effet déclaré M. Poutine, dans un message adressé à son homologue nord-coréen, Kim Jong-un, à l’occasion de la « Journée la Libération de la Patrie » [Chogukhaebangŭi nale], laquelle commémore la victoire sur le Japon impérial durant la Seconde Guerre Mondiale [cet évènement est aussi célébré en Corée du Sud, sous le nom de « Jour du Retour de la Lumière », ndlr].

Dans son message, le président russe a fait l’éloge du « courage et de l’héroïsme des soldats de l’Armée rouge et des patriotes coréens qui ont lutté ensemble » contre « le colonialisme japonais ». Au passage, la Russie et le Japon n’ont toujours pas signé de traité de paix depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale… Enfin, le chef du Kremlin en a profité pour rappeler que « c’est à cette époque que les traditions de l’amitié et de la coopération sont nées pour devenir une base solide pour le développement des relations de bon voisinage entre la Russie et la Corée du Nord ».

Cela étant, M. Poutine n’est pas allé jusqu’à évoquer un éventuel « parteneriat stratégique ». Ce que Kim Jong-un a fait dans sa réponse au message du président russe, selon KCNA, l’agence de presse officielle nord-coréenne.

« Je suis fermement convaincu que l’amitié et la solidarité entre la Corée du Nord et la Russie […] consolidées à l’épreuve de l’histoire, se développeront davantage pour devenir une relation stratégique […] conformément aux exigences de la nouvelle ère et que les deux pays sortiront toujours victorieux, se soutenant fermement et coopérant l’un avec l’autre dans le cadre de la réalisation de leur objectif et de leur cause communs », a en effet écrit le chef du régime nord-coréen.

Faut-il y voir une relation de cause à effet? Toujours est-il que, la veille, et comme il l’avait déjà fait la semaine passée, Kim Jong-un a appelé à une « intensification radicale » de la production de missiles et d’obus. « Il a fixé un objectif important : augmenter considérablement la capacité de production de missiles », et a souligné le rôle de l’usine dans « l’accélération » des préparatifs en vue d’une guerre, a ainsi rapporté KCNA, le 14 août.

Pour rappel, la Corée du Nord fait actuellement l’objet de sanctions décidées par le Conseil de sécurité des Nations unies, dont la Chine et la Russie sont des membres permanents, pour ses activités nucléaires et son programme de missiles balistiques. Sanctions qui ne l’ont cependant pas empêché de faire de notables progrès dans ces domaines…

Or, si cette relation stratégique entre Moscou et Pyongyang se concrétise, il sera sans doute beaucoup plus compliqué à l’avenir – voire impossible – pour le Conseil de sécurité de se mettre d’accord sur de nouvelles sanctions si la Corée du Nord procède, par exemple, à un nouvel essai nucléaire. D’autant plus que celle-ci peut compter sur un soutien accru de Pékin, comme l’a promis le président chinois, Xi Jinping, en avril dernier.

« L’amitié traditionnelle» entre la Chine et la Corée du Nord résiste depuis longtemps aux épreuves des changements de la situation internationale », a en effet déclaré M. Xi, dans un message adressé à à Kim Jong-un. Et d’ajouter : « Je n’aurai de cesse d’œuvrer à faire passer à l’étape supérieure l’amitié et la coopération entre les deux parties ».





Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button