Éducation

Alsacien. Manon Zinck, candidate alsacienne au concours de l … – L’Alsace.fr


Engagée pour la promotion de la langue alsacienne à travers l’enseignement, Manon Zinck fait partie des quatre finalistes à l’élection de l’Allemande de l’étranger 2023 organisée par l’ONG Internationale Medienhilfe.

Marie COLIN

Aujourd’hui à 06:59

Pour la quatrième fois, l’ONG Internationale Medienhilfe (Assistance média international, en français) organise le concours de l’Allemande de l’étranger de l’année (Auslandsdeutschen des Jahres) pour mettre en avant une femme « engagée pour sa propre culture ». Et parmi les quatre finalistes figure une Alsacienne : Manon Zinck. « On m’a dit que je correspondais au profil des participantes, alors je me suis inscrite », explique la jeune femme, qui défend le dialecte alsacien.

Originaire de Gundershoffen, Manon Zinck baigne dans l’alsacien depuis toute petite. « C’est ma langue maternelle, à la maison, on ne parlait qu’en alsacien, j’ai appris le français à l’école », se souvient-elle. Puis elle s’est prise de passion pour les langues et le théâtre. Après des études à Strasbourg, elle a suivi un master à Colmar pour devenir professeure des écoles. Pendant un séjour professionnel à Minneapolis, aux États-Unis, elle s’est rendu compte à quelque point son «  d Heim  », sa maison, lui manquait. « J’ai pris conscience de la spécificité de l’Alsace, de sa richesse et de sa beauté. »

« L’alsacien doit être un outil de communication »

Par la pratique de la langue, Manon décide de s’engager pour sa région. « L’alsacien permet l’intercommunication outre-Rhin, mais aussi entre les générations. » Après cinq ans en tant qu’enseignante dans des écoles bilingues de la région, Manon décide de se tourner vers l’animation en juin 2022. Elle organise dans les crèches, les écoles primaires et même avec des adultes, des ateliers où elle mêle théâtre, jeu et chant pour apprendre l’alsacien. « L’alsacien doit être un outil de communication. Je veux rendre son apprentissage ludique et moderne. Quand les enfants s’amusent, ils aiment cette langue. »


Manon a fait de Hafele et Storichele ces mascottes pour ces ateliers.   Photo Manon Zinck

Hafele et Storichele

Et pour cela, elle n’hésite pas à se servir de son imagination. Lors de sa première année en tant qu’enseignante à Betschdorf, elle invente l’histoire des personnages Hafele, le petit pot, et Storichele, la cigogne. « Hafele a perdu son couvercle, il voyage dans le monde avec Storichele pour le retrouver. C’est une façon de faire participer et parler les enfants. » Et cette histoire plaît. En novembre prochain, elle sort un album jeunesse.

Manon n’écrit pas que pour les enfants. Amatrice du Théâtre de la Choucrouterie et de l’auteur Germain Muller, elle est aussi écrivaine. Sa nouvelle pièce Hoplaboum im Pàràdies va être jouée en alsacien en novembre au Théâtre de Reichshoffen/Nehwiller. Le même théâtre où est née sa passion à 11 ans.

Dans le concours de l’Allemande de l’étranger, Manon Zinck est opposée à « une Allemande d’Ukraine, une Américaine d’Allemagne et une Canadienne d’Allemagne ». L’élection se fait par vote du public. Si elle espère gagner pour mettre « un coup de projecteur sur l’Alsace », elle se réjouit déjà d’être désignée non pas comme la candidate française mais comme le porte-drapeau de la langue et de la culture alsacienne.



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button