Droit international

Le régime iranien a dépensé 50 milliards de dollars en Syrie, selon … – Iran Focus


Un document « confidentiel » divulgué appartenant à la Présidence du régime iranien révèle que Téhéran a dépensé 50 milliards de dollars pour soutenir le régime d’Assad pendant la guerre en Syrie. Seul le remboursement d’environ 18 milliards de dollars a été déterminé, non pas en espèces, mais sous la forme de projets et de plans qui manquent à la fois de justification technique et économique et de garanties exécutives.

Le 29 mai le site Web et les serveurs internes de la Présidence iranienne a été la cible d’un groupe de dissidents iraniens, « GhyamSarnegouni » (qui signifie « soulèvement jusqu’à la victoire).

Des documents confidentiels publiés plus tôt par le groupe indiquaient que le budget du régime iranien dépensé pendant la guerre de dix ans en Syrie dépassait les 50 milliards de dollars. Maintenant, ce groupe a publié un autre document indiquant que le régime iranien a du mal à récupérer ses dettes auprès du régime de Bachar al-Assad.

Le nouveau document est un rapport intitulé « Déterminer le sort des investissements iraniens en Syrie et le remboursement des dettes », préparé par le vice-président pour la coordination et le suivi de l’économie et des infrastructures du vice-président en février. Son examen n’apporte aucune certitude quant à la mise en œuvre de certains projets définis.

Selon ce document, les revendications de Téhéran contre Damas sont divisées en deux catégories : les revendications militaires et non militaires.

Dans la section des revendications non militaires, il est indiqué que le régime iranien, en plus des exportations de pétrole vers la Syrie, a également fourni de l’argent au gouvernement de Bachar al-Assad pendant les dix années de la guerre syrienne.

Le rapport précise qu’à la suite d’un document signé par le ministre syrien de l’Économie et du Commerce et l’ancien ministre iranien des Routes et du Développement urbain (Rostam Qassemi) en octobre 2022, il est prévu qu’environ 18 milliards de dollars de dettes non militaires de La Syrie à l’Iran sera remboursée sur une période de 50 ans, selon un calendrier.

Sur les huit projets répertoriés dans ce rapport « confidentiel » de la présidence du régime iranien, le calendrier de trois projets n’est pas précisé et deux projets sont encore incertains. Pour les quatre autres projets, l’Iran devrait dépenser 947 millions de dollars pour percevoir ses droits auprès du gouvernement syrien après 50 ans.

Par exemple, la liste comprend une mine de phosphate d’une capacité de 1,05 milliard de tonnes, qui a été convenue en 2015.

L’Iran a besoin de 530 000 tonnes de roche phosphatée par an dans le secteur agricole, dont une partie est fournie par des importations. Selon l’accord, l’Iran est censé recevoir une partie de ses droits sur 50 ans en investissant 125 millions de dollars dans cette mine, qui sera achevée sur une période de trois ans.

Apparemment, ce contrat a été mis en œuvre en 2018 et fin février, 2,05 millions de tonnes de phosphate ont été extraites de cette mine.

Un autre contrat « définitif » est lié au champ pétrolier Block 21 avec une réserve de 100 millions de barils de pétrole dans la ville de Homs. L’Iran est censé investir 300 millions de dollars sur un contrat de 30 ans à partir de 2020 pour recevoir 3,4 milliards de dollars de ses dettes de la Syrie sur 30 ans.

Un autre contrat définitif est le bloc 12 à Bukamal, qui est un contrat de 30 ans avec le gouvernement syrien. Selon ce rapport, aucune mesure n’a encore été prise concernant ce contrat, mais il est prévu qu’avec un investissement de 300 millions de dollars sur cinq ans, il rapportera un revenu total de 3 milliards de dollars à l’Iran sur 30 ans.

L’autre projet est le lancement et l’exploitation du troisième opérateur mobile en Syrie, un projet dont le délai d’exécution n’est même pas précisé. Il est seulement annoncé que l’Iran est censé dépenser 222 millions de dollars pour lancer le troisième opérateur mobile en Syrie afin que ce projet puisse être opérationnel après trois ans. Sur le papier, la durée des opérations de l’Iran dans ce projet est fixée à 20 ans, et un chiffre d’affaires prévu de 1,5 milliard de dollars est également annoncé.

Le cinquième projet répertorié est le « paiement d’une part sur cinq ans des revenus du port de Lattakia« . Selon ce document et l’accord conclu avec le gouvernement syrien, la part de l’Iran a été reçue en 2019 et 2020, et apparemment, le processus de ces paiements devrait se poursuivre pendant 20 ans.

Le sixième projet concerne le port de Hamidieh dont le sort n’est pas précisé et il est seulement mentionné dans ce rapport que le projet est en cours de négociation.

« Cinq mille hectares de terres agricoles » est le titre du septième projet convenu par les gouvernements iranien et syrien. Le rapport indique que le projet de contrat pour ce projet n’a pas encore été signé. Ce projet vise apparemment à rembourser 25 millions de dollars de la dette de la Syrie envers l’Iran sur 25 ans.

Enfin, le septième projet s’appelle « Zahed Livestock Farm« . La date de démarrage de l’exploitation de ce projet est inconnue ; cependant, il est indiqué que grâce à ce projet, 7 millions de dollars de créances de l’Iran sur la Syrie seront remboursés sur une période période de 25 ans.

L’investissement total requis par l’Iran pour ces projets est estimé à 947 millions de dollars, et selon les estimations de ce rapport, cet investissement devrait éventuellement régler 17,932 milliards de dollars de dettes de la Syrie envers l’Iran.

L’aspect le plus remarquable de ce rapport est la durée «prédite» du remboursement de la dette, qui est exprimée en dix périodes de 5 ans. Cela signifie qu’il est prévu que 18 milliards de dollars de dettes de la Syrie seront payés à l’Iran sur une période de 50 ans grâce à l’investissement de l’Iran dans ces projets à des intervalles de 3 et 5 ans.

Pour donner une idée générale de ces montants, il convient de noter que 50 milliards de dollars équivaut à 15 % du produit intérieur brut (PIB) total de l’Iran et est comparable à un an et demi du budget général du gouvernement.

Négociations risquées et ambiguës
Dans la suite de l’analyse de ce document, il y a d’autres points intéressants. Selon le rapport de l’adjoint à la coordination économique et à la supervision du bureau du vice-président, ces projets ont été sélectionnés parmi une liste de 130 projets présentés par le gouvernement syrien, et les autres projets sont actuellement en cours d’examen et de visites de sites.

Cependant, le rapport souligne que ces « projets principaux » sont ceux mentionnés, indiquant que malgré les 50 milliards de dollars de dépenses de l’Iran en soutien à Bachar al-Assad pendant la guerre de 10 ans en Syrie, seuls quelques projets secondaires ont été alloués à l’Iran. De plus, ces projets nécessitent des investissements et du temps importants pour leur fonctionnement, et selon le même rapport confidentiel, ils n’ont pas de capacité significative pour le remboursement des créances de l’Iran.

Le point le plus important de ce rapport est l’incertitude concernant le statut de la garantie pour ces projets. Le rapport indique explicitement que les garanties du gouvernement syrien ne sont pas valides et approuvées, et que les banques syriennes n’ont pas la capacité d’émettre des garanties.

Selon ce document, les banques iraniennes ne peuvent pas non plus fournir de garanties au secteur privé pour leurs activités en Syrie en raison du manque de relations bancaires et du risque élevé associé aux garanties émises par la partie syrienne. Cela signifie que le risque pour les activités du secteur privé en Syrie, auxquelles des promesses d’investissement ont été faites, est élevé, et seuls le gouvernement et le siège central de Khatam-al Anbiya peuvent accepter de tels risques de projet.

Ce document indique également que le « Quartier général central de Khatam-al Anbiya », la branche économique du Corps des gardiens de la révolution islamique, devrait poursuivre la réception des revendications économiques de la Syrie.

Revendications militaires non quantifiables
La deuxième partie des demandes de l’Iran à la Syrie dans le rapport « confidentiel » du bureau du vice-président concerne les revendications militaires. Le rapport indique explicitement qu’il n’y a aucune information disponible concernant le montant précis des dettes militaires de la Syrie envers l’Iran.

Le rapport souligne que les revendications militaires, en plus d’être sujettes à d’importantes considérations de la part du gouvernement syrien, n’ont pas encore été finalisées par les entités nationales, et il n’y a pas de chiffre définitif sur lequel s’appuyer.

Le rapport ne fournit pas d’explications supplémentaires concernant les « considérations« , qui pourraient potentiellement impliquer des désaccords entre les deux parties. En outre, la responsabilité de poursuivre les revendications militaires a été confiée à la Force Al-Qods du Corps des gardiens de la révolution islamique.

Un examen des lois budgétaires de l’Iran au cours des dix dernières années révèle qu’une partie des ressources nécessaires à la section militaire de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution a été définie dans une catégorie appelée « Noor Rabi » (Lumière du printemps) dans les budgets annuels. .

Cette catégorie budgétaire n’est identifiable que dans les budgets annuels de l’Iran entre les années 2019 et 2021, alors que dans les budgets précédant et suivant cette période, elle a été consolidée dans d’autres sections du budget des Gardiens de la Révolution.

Selon les rapports des Nations Unies, au cours des dix premières années de la guerre civile syrienne, à laquelle la Force Al-Qods des Gardiens de la Révolution a également participé, plus de 307 000 civils ont été tués. Cette guerre a également entraîné le déplacement de 12 millions de personnes, entraînant la destruction des villes et des fondements économiques du pays. Selon certains rapports, environ 80 % de la population syrienne se situaient en dessous du seuil de pauvreté.

Néanmoins, la performance militaire d’Assad n’a pas donné le résultat souhaité pour le régime iranien. Il est maintenant évident qu’il faudra 50 ans pour qu’une partie des 50 milliards de dollars de richesse publique de l’Iran, qui auraient pu être à la base du développement de l’Iran, soit rapatriée dans le pays. De plus, même ce montant n’est pas certain et est soumis aux conditions et éventualités décrites dans le même document.

La présence de la Force Al-Qods des Gardiens de la révolution dans la guerre civile syrienne et son soutien à Bachar al-Assad ont été effectués sur les ordres du chef suprême du régime Ali Khamenei, sous le commandement de Qasem Soleimani.



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button