Voyages

Tourisme durable : Bali en quête de visiteurs qui restent plus … – GEO


Bali a tant à nous offrir. L’île des Dieux, située en Indonésie, attire autant les touristes aisés désireux d’y passer leur voyage de noces que les baroudeurs en quête de paysages à couper le souffle. Qu’il s’agisse des sources chaudes de Banjar, du sanctuaire naturel de la forêt des Singes, du monumental éléphant de Goa Gajah, des dauphins de Lovina Beach ou encore du Tegeh Koripan, qui permet de profiter du panorama, les attractions y sont nombreuses.

Presque tout au long de l’année, les températures sont clémentes sur cette île ensoleillée qui jouit d’un climat tropical. Que vous soyez en quête de balades au cœur d’une nature sauvage, de promenades sur la plage ou désireux de profiter des paysages montagneux, Bali est le paradis des activités en extérieur. Pour en profiter pleinement, il est recommandé de s’y rendre pendant la saison sèche, qui s’étend du mois d’avril à celui d’octobre.

Malheureusement, parce qu’elle est victime de sa popularité, Bali n’est pas épargnée par le surtourisme. Dans un monde confronté aux effets du changement climatique, l’île est en pleine réflexion, rapporte The Bali Sun, jeudi 10 août.

EN IMAGES Bali et les envoûtantes petites îles de la Sonde

Pour améliorer le séjour des visiteurs et le quotidien des locaux, le ministre indonésien du Tourisme et des Économies créatives, Sandiaga Uno, veut prôner un modèle plus qualitatif et durable. Et cela, en incitant les visiteurs à rester plus longtemps et à dépenser davantage, au moyen d’une offre de base plus onéreuse.

>>> Les Ukrainiens avancent autour de Bakhmout, des mois après avoir perdu la ville

L’île en proie à des actes irrespectueux et illégaux

Il y a plusieurs mois, déjà, le gouvernement indonésien a tiré la sonnette d’alarme face à des actes considérés comme immoraux. Nudité dans des lieux sacrés, pollution et autres comportements illégaux de la part de certains voyageurs semblent se multiplier.

Un phénomène – additionné au fait que l’île croule sous la pression du trafic routier et d’un système de gestion des déchets défaillant – qui, d’après le gouvernement et le secteur touristique, serait lié à une offre touristique excessivement bon marché.

De nos jours, l’île indonésienne met à disposition des voyageurs une multitude d’auberges de jeunesse où une nuitée en dortoir ne coûte pas plus de 3 $ USD, soit 2,74 € environ. En parallèle, on retrouve des hôtels que seuls les voyageurs les plus aisés peuvent s’offrir.

Par conséquent, le ministre indonésien du Tourisme et des Économies créatives souhaite promouvoir davantage Bali auprès de touristes désireux de rester plus longtemps sur l’île et disposés à s’offrir des services plus chers, afin de contribuer à l’économie locale. Et cela, tout en promouvant davantage la culture de l’île et la protection environnementale.

>>> Voyages en avion : le top 10 des meilleurs (et des pires) aéroports d’Europe pour les temps d’attente

Bali veut passer “de la quantité à la qualité”

Depuis la pandémie de Covid-19, profiter de ce que Bali peut nous offrir n’a jamais été aussi facile. L’île regorge d’hôtels, d’auberges de jeunesse, de maisons d’hôtes et de villas privées. Cette destination est aussi ultra-connectée au reste du monde, observe The Bali Sun. Avec des vols quotidiens vers Kuala Lumpur (Malaisie), Bangkok (Thaïlande) ou encore Singapour, son aéroport accueille plus d’un million de passagers chaque mois.

En juin dernier, le site Travel Off Path rapportait que le temps des voyages économiques sur l’île paradisiaque de Bali pourrait bientôt être révolu. Afin d’en finir avec les actes d’impudicité et de “débauche”, le gouvernement avait fait part de son intention de passer “de la quantité à la qualité”, au sortir de la crise sanitaire. Dans cette démarche, l’île avait pris la décision de demander aux locaux de signaler tous les actes considérés comme irrespectueux, mais aussi d’instaurer une interdiction de conduire pour les touristes et une taxe de séjour.

Sur le même thème :

>>> Les îles Canaries, modèles du tourisme vert ?
>>> Contre le tourisme de masse, ces plages italiennes fixent des quotas de visiteurs
>>> Tourisme de masse : top des 10 destinations à éviter cet été pour s’en préserver



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button