Éducation

Incendiées pendant les émeutes de juin, des écoles ne pourront pas … – RMC


Alors que la rentrée scolaire approche, une cinquantaine d’écoles ne pourront pas rouvrir. En cause: les violences urbaines du mois de juin, où de nombreux bâtiments scolaires ont été dégradés, voire incendiés.

Dans trois semaines, des écoles ne rouvriront pas leurs portes, à cause des émeutes… Le 4 juillet dernier, le ministre de l’Éducation nationale, Pap Ndiaye, annonçait 243 écoles et établissements scolaires dégradés à cause des émeutes, déclenchées après la mort de Nahel, 17 ans.

“En ce qui concerne les écoles et les établissements, nous en comptons 243 qui ont subi des dégradations, parmi lesquelles, une soixantaine ont subi des dégâts importants, avec par exemple des débuts d’incendie. Une dizaine ont été détruits ou partiellement détruits”, précisait-il à RTL.

Mais selon nos estimations, une cinquantaine d’écoles restent aujourd’hui dans l’incapacité d’accueillir professeurs et élèves à la rentrée du 4 septembre. Ce sera notamment le cas à Tourcoing, à Mont-Saint-Martin (en Meurthe-et-Moselle), à Strasbourg, Macon ou encore à La Verrière, en Île-de-France.

Tous les élèves auront-ils une école pour les accueillir ?

Dans ces écoles, les dégradations sont telles que le temps va manquer pour pouvoir accueillir les enfants dans trois semaines. À Macon, une partie de la maternelle Jean Zay a brûlé lors des émeutes, ce qui oblige le maire Jean Patrick Courtois à se rendre à l’évidence.

“Malheureusement, on est obligé de fermer le groupe scolaire. Puisque dans la partie qui a été calcinée, il y a de l’amiante. Il faut trouver une solution, ça, c’est évident. Mais je ne peux pas faire les travaux sans avoir l’accord des assurances”.

Cette décision est alors un “crève-coeur pour les adultes comme pour les enfants”.

Une cagnotte lancée pour financer du matériel scolaire

À La Vérrière, en banlieue parisienne, deux écoles sont complètement détruites. Les élèves devront aller dans un autre établissement en attendant, explique le maire Nicolas Dainville.

“On a pu aménager des salles de cours dans le réfectoire. C’est à 30 minutes à pied du quartier, donc on est en train de mettre en place des navettes pour emmener les enfants matin, midi et soir”, précise-t-il au micro de RMC.

Les maires sont donc contraints de s’adapter, comme ils le peuvent. Des communes voisines ont même été amenées à prêter des tables et des chaises. Une cagnotte a également été lancée pour financer du matériel scolaire.

Cyprien Pézeril et Charline Andrieux

Top Articles



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button