Droit international

Kenya | Manifestants tués : L’opposition exige la démission du Chef … – rezonodwes.com


Azimio expose des corps de victimes de tueries policières et exige la démission de Koome.

« Nous vivons une journée vraiment triste pour toute la nation. Nous enterrons des gens qui ont été tués de manière très brutale par un régime insensible », a déclaré le chef d’Azimio, Raila Odinga.

Samedi 12 aout 2023 ((rezonodwes.com))–L’alliance Azimio la Umoja One Kenya a présenté vendredi les corps de cinq victimes des manifestations anti-gouvernementales de masse, affirmant leur défi face au gouvernement et leur volonté d’obtenir justice pour les victimes.

En parallèle, les hauts responsables de la coalition ont laissé entendre que le plan de porter plainte devant la Cour pénale internationale (CPI) contre des hauts fonctionnaires du gouvernement, accusés d’avoir supervisé les tueries de civils innocents, est à un stade avancé.

La coalition a intensifié ses critiques contre l’administration Kenya Kwanza, appelant à la démission du chef de la police, Japhet Koome, et sollicitant le soutien de la communauté internationale face aux meurtres de manifestants.

Ils ont exclu la discussion sur les brutalités policières lors des pourparlers bipartites et ont affirmé que cette question serait traitée séparément, tout en maintenant leur intention de poursuivre en justice les hauts fonctionnaires du gouvernement pour les décès.

D’autre part, ils ont adopté des positions inflexibles contre le gouvernement et ont affirmé que le jeu politique visant à soumettre l’administration du président William Ruto se poursuivait. Cela inclut la possibilité d’adopter de nouvelles formes de manifestations et de désobéissance civile pour faire plier Kenya Kwanza.

Ils ont déclaré qu’ils ne reculeraient pas dans leur quête de justice pour les Kényans qui ont perdu la vie en raison de brutalités policières, ainsi que pour obtenir des réponses aux questions qu’ils ont posées à Kenya Kwanza par le biais des manifestations.

Lors d’une réunion œcuménique à Bondo en mémoire des victimes des manifestations, les principaux responsables d’Azimio ont critiqué le comportement de certains hauts fonctionnaires du gouvernement, dont le président Ruto. Ils ont accusé le président d’adopter la voie de l’impunité et de célébrer ce qu’ils ont décrit comme étant malveillant.

Les dirigeants d’Azimio ont critiqué la communauté internationale pour son silence présumé après les tueries, qualifiant les meurtres de leurs partisans de profilage d’une communauté particulière.

Les discours émotionnels prononcés à cette occasion ont suscité des émotions vives parmi les politiciens, les habitants et les familles des victimes.

« Nous vivons une journée vraiment triste pour toute la nation. Nous enterrons des gens qui ont été tués de manière très brutale par un régime insensible », a déclaré le chef d’Azimio, Raila Odinga.

Raila a qualifié les événements d’inacceptables et a lancé des attaques virulentes contre le régime de Ruto.

« Nous avons une Constitution qui n’est pas respectée par ceux au pouvoir, c’est pourquoi ils donnent l’ordre de tirer à balles réelles« , a déclaré Raila.

Il semble que même les pourparlers en cours avec Kenya Kwanza pour parvenir à une trêve politique ne mettront pas fin à leur volonté de veiller à ce que les responsables des tueries soient traduits en justice.

Il a affirmé que la Police nationale est retournée à l’ère de la dictature et a jeté la Constitution par la fenêtre. Raila a appelé la communauté internationale à prendre position sur les meurtres, arguant qu’ils équivalaient à un profilage d’une seule communauté.

« Nous ne sommes pas satisfaits de leur silence, nous voulons qu’ils se prononcent fermement sur cette question. C’est inacceptable. Nous voulons que la communauté internationale prenne note et se tienne aux côtés des Kényans », a déclaré Raila.

Le chef de l’ODM a défié la CPI de rendre justice aux Kényans, tout en critiquant le procureur de la CPI, Karim Khan, pour avoir prétendument dîné avec les oppresseurs du pays.

« La CPI doit rester fidèle à son mandat. Protéger les personnes innocentes et leurs droits dans le monde entier« , a déclaré Raila.

« Il se vante qu’il restera dur envers notre peuple, se vantant que la police a bien fait en protégeant la richesse », a-t-il ajouté.

Selon Raila, ils envisageront même d’autres options pour les manifestations.

« La prochaine fois, nous demanderons aux gens de rester chez eux, d’empêcher quiconque de sortir pour voir ce qui se passe. Nous avons de nombreuses façons de tuer un chat », a-t-il déclaré.

Les commentaires de Raila interviennent à un moment où la coalition a intensifié ses efforts pour recueillir des preuves dans le cadre de ses efforts visant à constituer un dossier contre les responsables gouvernementaux qu’ils estiment avoir orchestré les tueries de manifestants innocents.

Parmi les dirigeants visés par la coalition, on compte le chef de la police, qu’ils accusent d’avoir supervisé la réponse brutale des policiers.

Le leader d’Azimio était accompagné de plusieurs responsables, dont le leader de Wiper, Kalonzo Musyoka, la leader de Narc Kenya, Martha Karua, le leader du Roots Party, George Wajackoya, et le leader du parti DAP-K, Eugene Wamalwa, entre autres.

Kalonzo a appelé à la démission de Koome et l’a accusé d’être responsable de la mort de civils lors des manifestations.

« Koome doit démissionner, mais cela ne suffit pas », a déclaré Kalonzo.

Il a prétendu que les policiers avaient également pris pour cible Raila et a critiqué la police pour ne pas avoir mené d’enquêtes ni procédé à des arrestations.

« Nous ne traiterons pas cette question de brutalités policières dans l’équipe de dialogue. C’est un gros problème. Il sera traité séparément », a-t-il déclaré.

Selon Karua, le président Ruto est également responsable des meurtres de manifestants.

« Le président répondra de la mort des innocents Kényans. La police n’est autorisée à utiliser des gaz lacrymogènes pendant les manifestations, pas des balles réelles. La responsabilité incombe à Ruto et il l’a reconnu en félicitant la police », a déclaré Karua.

source: Azimio parades bodies of victims of police killings, wants Koome out – The Standard (standardmedia.co.ke)



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button