Problèmes sociaux

Tunisie: les associations féministes débordées par les demandes de … – RFI


Avec notre correspondante à Tunis, Lilia Blaise

Le Code du statut personnel fut promulgué le 13 août 1956 en Tunisie. Ce corpus juridique avait marqué des avancées à l’époque en matière de droits des femmes. Puis, en 2017, une loi historique contre les violences et les discriminations avait été voté par le parlement. Mais malgré ces avancées, de nombreux problèmes subsistent en matière de droits des femmes en Tunisie, notamment pour les femmes migrantes.

De nombreuses migrantes subsahariennes se tournent vers les associations de défense des droits des femmes en Tunisie. Ahlem Bousserwel, secrétaire générale de l’Association tunisienne des femmes démocrates, explique : 

« D’habitude, nous recevons sur les quatre centres à peu près 1 100 femmes par année, en tant que femmes victimes de violences. Cette année, on n’est même pas à la moitié de l’année, et on a recensé, de janvier jusqu’à aujourd’hui, 600 cas de femmes victimes de violences. »

À lire aussiTunisie: abandonnées ou violentées, les mères migrantes subissent une précarité extrême

Une augmentation des cas et une situation inédite pour l’association qui n’a pas une vocation humanitaire à la base, mais plutôt de plaidoyer : « Ce sont des besoins où les femmes n’avaient pas de quoi manger, n’avaient pas de quoi se déplacer, n’avaient pas de quoi appeler, même une ligne d’urgence, ou de se rendre dans les urgences dans les hôpitaux. »

L’association s’est basée sur la solidarité de nombreux Tunisiens et du réseau féministe pour aider ces femmes. Même changement de stratégie pour l’association Beity, qui lutte contre toute forme de discrimination basée sur le genre et qui accompagnait depuis des années des femmes migrantes en insertion économique. Mawaheb Zoubeir, directrice de l’unité de jour, confie : « Elles sont trop fatiguées, elles se sentent en insécurité totale, donc on ne parle plus de projet de vie, on ne parle plus de formation. »

Un cas de viol collectif sur des femmes migrantes a été aussi signalé par l’association des femmes démocrates au ministère de l’Intérieur tunisien, suite à la vague de violences du mois de juillet.

À lire aussiLa Tunisie et la Libye trouvent un accord pour accueillir les migrants bloqués à la frontière



Source link

Charlotte Lambert

Voyageuse d'idées et jongleuse de mots, je suis Charlotte Lambert, une Spécialiste de l'Art de Rédiger tissant des histoires qui transcendent les frontières. Mon parcours à l'Institut Catholique de Toulouse a été le ferment de ma passion pour l'écriture. Tel un guide littéraire, j'explore les méandres des organisations internationales, les échos des événements mondiaux, les trésors du système éducatif, les énigmes des problèmes sociaux, et les horizons infinis du voyage. Mon stylo danse entre les lignes, infusant chaque article d'une authenticité inébranlable. Joignez-vous à moi dans ce périple où les mots sont les balises qui éclairent le chemin de la compréhension mondiale, où l'événementiel devient un kaléidoscope de perspectives, où l'éducation se dessine avec la richesse de l'avenir, où les enjeux sociaux prennent une nouvelle dimension et où chaque page est un pas vers l'ailleurs.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button