Politique

Les enfants des victimes des inondations en Nouvelle-Écosse … – Le Droit


«Pourquoi la route était-elle ouverte ? C’est la principale question à laquelle je reviens sans cesse… Il y avait des inondations et ce n’était pas sûr pour les gens d’emprunter ces routes. À mes yeux, c’était une situation évitable», a-t-il déploré en entrevue.

Son père Nicholas Holland, 52 ans, fait partie des quatre personnes décédées lors de l’inondation historique du 22 juillet lorsque des eaux torrentielles se sont déversées sur la route rurale 14 près de Brooklyn, en Nouvelle-Écosse, et a balayé deux véhicules dans un champ.

Interrogations

Robie Holland, 25 ans, et sa soeur Sophie, 23 ans, se disent reconnaissants des efforts des chercheurs cette nuit-là. Ils estiment cependant qu’une enquête indépendante est nécessaire pour répondre aux nombreuses questions soulevées au lendemain du sinistre.

Le temps mis pour envoyer une alerte aux conducteurs, les invitant à rester hors de la route, alors que le chef adjoint des pompiers volontaires de Brooklyn en avait fait la demande à 1h22, fait partie de ces interrogations.

L’alerte a été envoyée par les responsables provinciaux de la gestion des urgences à 3 h 06, environ une demi-heure après que la police eut déclaré que le taxi transportant M. Holland, sa petite amie et deux autres personnes était tombé à l’eau.

«S’ils étaient bloqués sur l’autoroute et qu’ils avaient eu une alerte disant: “Ne descendez pas dans cette zone”, ils ne seraient pas allés là-bas», estime Robie Holland.

En parlant avec des survivants, celui-ci a appris que son père – qui avait un genou endommagé à la suite d’un accident des années- avait quand même réussi à donner un coup de pied aux vitres de la voiture, permettant aux quatre passagers de s’échapper du véhicule en train de couler.

«Il a donné à chacun une chance de survivre», relate le fils.

La petite amie de son père et le chauffeur de taxi avaient réussi à s’accrocher à des objets qui les empêchaient d’être emportés, mais la fille du chauffeur, Terri-Lynn Keddy, 14 ans, a été emportée par le courant, tout comme M. Holland, qui n’était pas un bon nageur

Les chercheurs ont depuis retrouvé les corps des disparus. Deux enfants de six ans, Colton Sisco et Natalie Harnish, sont morts lorsqu’un autre véhicule a quitté la route à peu près au même moment.

Robie et Sophie Holland trouvent du réconfort en sachant que leur père a tenté d’aider les autres et saluent le dévouement des chercheurs qui ont passé des jours à chercher les corps.

Mais ils disent être troublés par l’incapacité de la province et des responsables de la gestion des urgences à réagir plus rapidement dans les zones rurales.

Robie Holland raconte qu’à 21 heures, la nuit des pluies torrentielles, il a été refoulé par la police dans les rues d’Halifax, ce qui l’a amené à se demander pourquoi des blocages similaires n’étaient pas en place dans la municipalité de West Hants où son père est décédé.

Pendant ce temps, Sophie Holland, physiothérapeute, a rappelé que sa génération était confrontée à des défis croissants du changement climatique et qu’elle s’attendait à ce que les gouvernements soient mieux préparés face aux intempéries.

«(Les dirigeants politiques) disent que leurs pensées et leurs prières vont aux familles des victimes, mais s’ils avaient fait quelque chose plus tôt, les choses pourraient être différentes», a-t-elle décrié.

Enquête publique réclamée

Blair Feltmate, directeur du Intact Centre on Climate Adaptation de l’Université de Waterloo, fait partie de ceux qui réclament un examen indépendant pour examiner la gestion et la réponse des autorités provinciales aux tempêtes en Nouvelle-Écosse. Son centre a attribué à la Nouvelle-Écosse une note de C dans une étude de 2019 évaluant la préparation des provinces aux inondations.

Il a noté que la province était la seule au Canada atlantique à déléguer la responsabilité de la cartographie des plaines inondables aux gouvernements locaux, et que la province « n’offre pas d’incitatifs pour la relocalisation des développements des zones de plaines inondables «.

Le ministère provincial des Travaux publics a déclaré vendredi qu’il ne pouvait pas fournir de détails sur les fermetures de routes pendant la tempête.

«Le personnel continue de travailler pour rétablir l’accès aux routes et aux ponts endommagés touchés par les inondations extrêmes, a déclaré le porte-parole Gary Andrea. Nous reviendrons sur les mesures prises lors du week-end du 21 juillet une fois nos travaux terminés.»



Source link

Lucas Leclerc

Tel un mélodiste des pixels, je suis Lucas Leclerc, un Compositeur de Contenus Digitaux orchestrant des récits qui fusionnent la connaissance et l'imagination. Mon passage à l'Université Catholique de Lyon a accordé une symphonie à ma plume. Telle une partition éclectique, mes écrits se déploient des arcanes de la sécurité internationale aux méandres de la politique, des étoiles de la science aux prédictions des bulletins météo. Je navigue entre les lignes avec la même aisance qu'un athlète soucieux de sa santé. Chaque article est une note de transparence, une mélodie d'authenticité. Rejoignez-moi dans cette composition numérique où les mots s'entremêlent pour former une toile captivante de connaissances et de créativité, où la sécurité mondiale danse avec les étoiles, où les sphères politiques se fondent avec la météorologie, et où chaque paragraphe est une sonate pour la compréhension globale.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button