Des sports

Commerce – Other Skin : une Puydômoise a créé une marque de … – La Montagne


“Durant mon enfance, j’ai essayé plusieurs sports et à 15 ans, j’ai eu une révélation avec le triathlon. C’est une discipline que j’ai commencé à pratiquer avec mon papa. Elle offre des activités complémentaires s’effectuant à l’extérieur et j’aime ça”, détaille Virginie Tarantola. 

premium Carbios s’attaque au recyclage du textile à Clermont-Ferrand

Toutefois, cette sportive se rend compte qu’il est difficile de trouver des tenues vraiment adaptées pour les femmes dans le cadre de la pratique du triathlon. Cela tombe bien, car Virginie Tarantola a une autre passion dans la vie : l’univers de la mode et du textile. 

Déjà, les inserts de cyclisme que l’on intègre dans les combinaisons de triathlon étaient conçus uniquement pour les hommes. J’ai donc décidé d’en faire fabriquer pour les femmes et j’ai aussi imaginé des tenues avec des coupes convenant à la morphologie des femmes avec des motifs féminins.

 

La collection Other Skin propose des coupes adaptées à la morphologie des femmes et des motifs féminins. Photo Lily Cité 

Une campagne de financement participatif

Et pour lancer pleinement son projet, Virginie Tarantola passe par une campagne de financement participatif qui lui permet de décrocher 130 précommandes. C’était en février 2022.
“Cette opération a permis à Other Skin de naître, se souvient-elle. C’était l’aboutissement d’un travail de longue haleine de recherche de fournisseurs et de tests.”

Des étapes qui ont dû paraître aussi ardues qu’une épreuve complète de triathlon. En effet, Virginie Tarantola avait des idées bien précises en tête pour chacune des pièces de sa première collection.
“Il était impératif que la production se fasse le plus près possible avec des matières écoresponsables et qui répondent parfaitement aux besoins en étant confortables, respirantes, anti-UV, opaques… Other Skin se traduit par “autre peau””, souligne-t-elle.

Recevez par mail notre newsletter éco et retrouvez l’actualité des acteurs économiques de votre région.

NL {“path”:”mini-inscription/MT_Decideur”,”accessCode”:”14400758″,”allowGCS”:”true”,”bodyClass”:”ripo_generic”,”contextLevel”:”KEEP_ALL”,”filterMotsCles”:”1|10|13|80|6973″,”gabarit”:”generic”,”hasEssentiel”:”true”,”idArticle”:”4400758″,”idArticlesList”:”4400758″,”idDepartement”:”282″,”idZone”:”30603″,”motsCles”:”1|10|13|80|6973″,”premium”:”false”,”pubs”:”banniere_haute|article|article2|article3″,”site”:”MT”,”sousDomaine”:”www”,”urlTitle”:”other-skin-une-puydomoise-a-cree-une-marque-de-sport-pour-les-femmes-aux-valeurs-ecoresponsables”}

La difficulté de trouver des fournisseurs

Impossible de trouver en France un atelier qui propose un savoir-faire aussi précis et technique. C’est donc en Italie que Virginie Tarantola va trouver des tissus recyclés à partir de bouteille en plastique. Pour la conception, elle s’appuie sur un atelier situé au Portugal près de Porto qu’elle a pris le soin de visiter. Ainsi, ces deux prestataires répondent parfaitement à ses ambitions éthiques.

Au fil des mois, la marque se développe via son site de vente en ligne, sa présence avec un stand sur des compétitions sportives en Auvergne et sur le site web de Décathlon. Les clientes se fidélisent (30 % d’entre elles rachètent une pièce Other Skin dans les six mois).

Virginie Tarantola ne manque pas non plus d’être active sur les réseaux sociaux où elle montre les coulisses de sa marque. 

J’ai l’impression que les clientes qui me suivent sur mon compte Instagram, connaissent un peu tous les secrets d’Other Skin.

Un concours gagné sur l’entrepreneuriat féminin

Et depuis plusieurs mois, sa clientèle auvergnate peut même essayer et acheter des vêtements Other Skin, au pied du Puy-de-Dôme à Orcines. “J’ai trouvé ce local avec mon compagnon qui a monté la boutique spécialisée dans les vélos anciens, “Les bicyclettes du grenier”. Nous avons chacun notre espace et il y a une crêperie juste à côté. C’est aussi le lieu de départ de balades cyclistes que nous organisons de temps en temps le soir après le travail.” 

En ayant remporté un concours organisé par le Centre Jaude, Virginie Tarantola bénéficie de la mise en place d’une boutique gratuite et éphémère dance centre commercial. Photo Lily Cité 

À 26 ans, Virginie Tarantola a su créer seule sa propre marque de A à Z là où il y avait une véritable demande. C’est sûrement l’une des clés de son succès et l’une des raisons pour lesquelles elle a remporté en mars dernier un concours sur l’entrepreneuriat féminin organisé par le Centre Jaude.

Cette victoire lui a permis de bénéficier de la mise en place gratuite d’une boutique éphémère dans ce centre commercial jusqu’au 29 novembre.  

Un marché de Noël éthique et responsable à découvrir dans le Puy-de-Dôme

Stéphanie Merzet



Source link

Antoine Girard

Plongeant dans l'art de la plume avec une passion ardente, je suis Antoine Girard, un Artisan du Blogging tissant des récits qui embrassent le monde. Ma formation à l'École Nationale Supérieure de Chimie de Paris a enrichi ma pensée créative. Tel un alchimiste des mots, je distille des articles de nouvelles internationales tout en explorant un vaste horizon de sujets tels que le droit international, le sport, l'immobilier et l'industrie cinématographique. Transparence est mon credo, chaque article reflétant mon engagement envers l'authenticité. Rejoignez-moi dans ce voyage où les mots évoquent des images vivantes, où le droit se marie avec l'action, où les terrains de jeu se mêlent à l'écran argenté, et où chaque ligne écrit l'histoire de notre monde en mouvement.

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button